La société sénégalaise de philosophie a organisé du 20 au 22 décembre un colloque international en hommage à Souleymane Bassirou Diagne à l’Université Cheikh Anta Diop.

Pour rendre hommage au philosophe sénégalais, un colloque international a eu lieu à l’Université de Dakar. Il a réuni des professeurs, docteurs et étudiants philosophes comme économistes pendant trois jours. Ils sont venus des grandes universités africaines, européennes et américaines pour discuter des travaux de Diagne.

Lors de sons discours devant les le public, Monsieur Diagne reconnaît : « c’est notre responsabilité, nous qui avons écrit dans différentes langues comme le français et l’anglais. Nous avons aussi une responsabilité particulière par rapport à nos propres langues nationales qui doivent être des langues de la science et de la création.

J’ai envisagé un projet de continuation de celui de réflexion philosophie (le vocabulaire européen de la philosophie) et de donner une version en Wolof du travail en réunissant mes anciens étudiants, qui sont devenus ses collègues et amis, autour de ce projet en commun. Nous allons nous engager dans cette tâche incessamment », ajoute-t-il.

Présent au colloque l’historien sénégalais Abdoulaye Bathily déclare que c’est : « un colloque de très haut niveau à la mesure de la contribution des travaux de Souleymane Bassirou Diagne à la philosophie, à la pensée universelle et aux mouvements des idées dans l’Afrique contemporaine qui situe très bien le continent dans le monde.»

Avec le projet de la traduction du vocabulaire européen de la philosophie en Wolof, Monsieur Bathily poursuit que le projet est « fondamental ». « L’appropriation des idées de transformation sociale ne peut s’accomplir de manière durable que si les langues nationales sont utilisées comme instrument d’enseignement », poursuit-il.

Alioune BAH de l’université de Conakry et celle de Strasbourg, Jean Godefroy Bidima Tulane de l’university new Orléans, Felwine Sarr de l’UGB ont fait le déplacement à Dakar et des présentations appréciées par le public.

 

BA Oumar

Comments

comments

Loading...