ips

L’Afrique et ses conflits en débat aux Medays: Un panel de hauts responsables africains s’est interrogé samedi (15 novembre 2014) sur les conflits qui frappent le continent et les interventions militaires internationales. Compte-rendu du débat.

L’Afrique peine à gérer ses conflits, d’où l’impérieuse nécessité d’instaurer au plus vite la démocratie et de former des armées nationales fortes, telle a été la conclusion à laquelle est parvenue samedi un panel animé par des ministres et politologues africains dans le cadre de la 7ème édition des Medays, organisée du 12 au 15 novembre à Tanger, a constaté un journaliste de LE360.

Le débat sur la sécurité en Afrique n’a toutefois pas tranché sur le fait de savoir si les interventions militaires étrangères, comme celles de la France au Mali et en République centrafricaine et celles des missions de l’ONU pour la paix, lui sont bénéfiques, ou si elles participent d’un réflexe du puissant à l’égard du colonisé et de la protection des ressources.

Le panel a tenté de répondre, jugeant utile de faire appel à une intervention militaire internationale ou régionale lorsque sa mission tend principalement à éradiquer le terrorisme et rétablir la paix et la sécurité. Certains interlocuteurs ont mis en garde contre la persistance de la corruption et les démocraties de façade en Afrique, elles aussi sources de conflits.

Le directeur du département Afrique et Océan indien au Quai d’Orsay a affirmé que l’intervention française au Mali et en RCA s’est faite après concertation avec de nombreux dirigeants africains, notamment du Sénégal, du Mali, du Maroc, du Tchad et de la Côte d’Ivoire. “L’armée française intervient en support et en soutien aux forces militaires des pays dans lesquels elle agit. Maintenant, la France est en train de former les armées du Mali et de la RCA. Les Etats-Unis font la même chose”, a déclaré Jean-Christophe Belliard.

Le ministre de l’Intérieur du Sénégal, Abdoulaye Daouda Diallo, a plaidé pour la bonne gouvernance en Afrique. “Il y de gros problèmes dans ce domaine. Il n’y a pas un seul Etat en Afrique qui peut résister à deux jours d’actes terroristes intensifs. Il faut fondamentalement régler le problème de la gouvernance”. D’autres intervenants ont assuré que la mise en place de régimes démocratiques en Afrique permettra de relever les défis sécuritaires et économiques.

L’ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, Mohamed Ould Mohamadou, a estimé que les interventions militaires étrangères peuvent être utiles quand il s’agit de résoudre le problème de terrorisme. “Pourquoi pas une intervention militaire pour mettre fin aux voyous de Mastrata et de Benghazi. Aucun pays ne peut résoudre seul un problème grave de sécurité”, a-t-il souligné.

L’intervention la plus applaudie a été celle du Sénégalais Cheikh Tidiane Gadio, ancien ministre des Affaires étrangères, qui a regretté l’absence de prévention des conflits sur le continent noir. “La prévention des conflits et la réaction rapide font défaut en Afrique”, a souligné le président de l’Institut panafricain de stratégie (IPS). “Le conflit du Mali et l’insécurité au Sahel ont commencé bien avant les hostilités militaires. Les agents du désordre ont infiltré les administrations des pays de la région. Ils les ont minées au niveau même des services de sécurité”, a martelé Cheick Tidiane Gadio, notant également que “l’absence de réaction vive contre Ebola à ses débuts a transformé ce virus en une épidémie catastrophique”.

11401_845631065460147_3239990476838759906_n
16796_845631238793463_8124369989800997883_n
1234263_845631195460134_1711290398092775663_n
1506421_845631255460128_7448208866972348426_n
1520609_845631102126810_280264091895799902_n
1660376_845631062126814_1911802081222448725_n
1932446_845631025460151_3941021689582758417_n
1959526_845631252126795_7384717406086109757_n
10300510_845631132126807_2182515585300016214_n
10370961_845631182126802_150466100084441181_n
10501868_845631035460150_5096664142551294047_n
10632749_845631095460144_369820938312645266_n
10689787_845631105460143_7114578493546487733_n
10704150_845631082126812_804865875598005829_n
10801666_845631032126817_6324785661843062397_n
 

 

Par Mohamed Chakir Alaoui

 

 

Africpost

Comments

comments

Loading...