ec7d8e01748a89cc457ed2e71b7118bc1144403eLes Togolais ont battu campagne chacun pour son candidat durant ces deux dernières semaines. Cinq candidats sont en course pour le fauteuil présidentiel à savoir le président sortant Faure Gnassingbé qui brigue un troisième mandat. Il sera face à quatre autres candidats de l’opposition dont Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition. Aujourd´hui samedi les togolais sont appelés aux urnes pour désigner leur candidat qui prendra les destinées du pays dans les années á venir. La présidentielle oppose le chef de l’Etat sortant Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, à quatre candidats d’opposition. Face à cette opposition fragmentée, dont le chef de file Jean-Pierre Fabre s’était déjà présenté en 2010, M. Gnassingbé, porté au pouvoir en 2005 par l’armée à la mort de son père, le général Gnassingbé Eyadéma, qui régna sur le Togo d’une main de fer pendant 38 ans, puis élu à deux reprises lors de scrutins contestés par l’opposition, est donné favori.

Fermeture des frontières terrestres pour l’élection présidentielle

Le gouvernement togolais a annoncé avoir ordonné la fermeture des frontières terrestres du pays de vendredi soir à dimanche matin, “en vue de garantir des conditions optimales de sécurité” durant l’élection présidentielle prévue samedi.

“En vue de garantir des conditions optimales de sécurité pour (le) bon déroulement (de la présidentielle), les frontières terrestres seront fermées le vendredi 24 avril à 21H00 (locale et GMT) et ne seront rouvertes que le dimanche 26 avril à 06H00”, dit un communiqué conjoint des ministères de l’Administration territoriale et de la Sécurité transmis à l’AFP.

Mise en garde de la CEDEAO

La campagne qui s’est achevée vendredi sans incident majeur traduit la maturité du peuple togolais et sa volonté de voter dans la paix; une paix prônée par tous les candidats engagés dans la course pour la magistrature suprême.

En outre, le président de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et chef de l’État ghanéen, John Dramani Mahama n’a de cesse de rappeler aux candidats d’accepter les futurs résultats qui sortiront des urnes au soir du 25 avril. Il a rencontré les candidats ainsi que les membres de la Commission électorale indépendante (CENI). Le président du Ghana a été prévoyant et a indiqué aux candidats que “toutes les réclamations et les éventuelles contestations des résultats ne peuvent se faire que par voie légale”.

 

 

Africpost

Comments

comments

Loading...