1419425150597

© Droits réservés

La Chine, depuis le rétablissement de ses relations diplomatiques avec le Tchad il y a sept ans, est très active dans le secteur pétrolier de ce pays d’Afrique centrale. Cette coopération bilatérale englobe d’autres domaines: infrastructures, santé, culture, etc.

“La coopération pétrolière est une partie importante de la coopération sino-tchadienne. Sous la direction des plus hauts dirigeants de nos deux pays, et avec les efforts conjoints des ingénieurs et ouvriers chinois et tchadiens, ladite coopération a obtenu de brillants succès”, déclare Hu Zhiqiang, ambassadeur de la République populaire de Chine au Tchad.

Du côté du gouvernement tchadien, le ton est également à la satisfaction. “Depuis sa présence sur notre territoire, la CNPCI (China National Petroleum Company Illimited, Ndlr) a marqué plus d’un. Et la coopération avec notre pays est bénéfique”, affirme Djérassem Le-Bémadjiel, ministre tchadien du Pétrole, des Mines et de l’Energie.

Le responsable du gouvernement tchadien ajoute que plusieurs oeuvres sont à mettre à l’actif de cette coopération dont le plus important est la construction de la raffinerie de Djarmaya, à 60 km au nord de N’Djaména, la capitale tchadienne. Cette raffinerie est alimentée en grande partie par les produits issus du grand bassin de Bongor, au sud du pays, où le président Déby a ouvert lundi la vanne pour une nouvelle production de 44.000 barils par jour et destinée à l’exportation.

Avec cette raffinerie mise en exploitation en 2011, le Tchad est devenu indépendant en énergie.

“Nous voulons continuer à garantir et renforcer cette indépendance. Nous souhaitons que, dans le cadre de la coopération énergétique de nos deux pays, nous puissions former de plus en plus de techniciens pétroliers tchadiens, qu’ils puissent apprendre les techniques les plus avancées d’exploitation et de raffinerie et qu’ils puissent maîtriser la capacité de marketing du pétrole”, indique M. Hu Zhiqiang.

Véritable artisan de la coopération sino-tchadienne, la CNPCI s’est engagée à la localisation et à la formation professionnelle. Jusqu’à présent, la multinationale et ses contractants ont créé près de 2.500 emplois pour les Tchadiens à travers tout le pays. Elle assume ses responsabilités sociales en faisant des dons de puits d’eau et des écoles aux communautés locales.

Si la Chine est très présente dans le pétrole tchadien, elle excelle également dans le domaine des infrastructures. Elle multiplie, ces dernières années, des routes, des ponts et des écoles en faveur des populations tchadiennes.

Depuis une année, l’Assemblée nationale du Tchad siège dans un joyau architectural d’une valeur de 28 millions USD offert par la Chine.

L’ambassadeur de Chine au Tchad a remis en septembre au gouvernement tchadien un complexe architectural flambant neuf consacré à la formation des femmes tchadiennes.

Dans la capitale tchadienne, une demi-douzaine de viaducs, également offerts par la Chine, sont en finition et devraient permettre de fluidifier la circulation qui est devenue un casse- tête pour les autorités municipales.

Tous ces ouvrages sont réalisés par CGCOC, le groupe chinois des BTP installé au Tchad depuis bientôt dix ans. Il entend également diversifier ses activités et explorer de nouveaux domaines, comme les énergies renouvelables, le développement agricole et industriel ou encore l’hydraulique.

Le Tchad et la Chine entretiennent, par ailleurs, un partenariat très fructueux dans le domaine de santé (dons réguliers de médicaments antipaludiques, envoi d’une mission médicale au Tchad), de la culture (remise d’émissions de la Radio Chine Internationale à une radio locale tchadienne, création d’un département de langue chinoise à l’Université de N’Daména), etc.?

En dépit de toutes ces réalisations palpables, la coopération sino-tchadienne n’est pas toujours un long fleuve tranquille. ” Cette coopération ne se développe pas sans problème. Nous avons eu du vent contraire de temps en temps. Mais nous n’avons jamais abandonné notre navigation à la voile”, précise l’ambassadeur de Chine au Tchad. Hu Zhiqiang prône la “franchise” pour que “l’arbre de l’amitié Chine-Tchad pousse vigoureusement malgré toutes les épreuves”.

Le ministre tchadien du Pétrole reconnaît lui aussi ces épreuves et ces contraintes qu’il trouve “tout à fait normales entre partenaires”. Selon lui, l’ouverture par le président Déby Itno, ce lundi, d’une nouvelle vanne dans des champs exploités par la CNPCI, “scelle à jamais cette coopération combien bénéfique pour deux nations”.

 

Source: Xinhua Chine

Comments

comments

Loading...