DSC_0221Le Président sénégalais, Macky Sall a adressé á l´occasion de la fête de fin d´année 2015, son traditionnel message de vœux á la nation sénégalaise. Depuis Berlin en Allemagne, Africpost a contacté le Consultant juridique et politique, Souleymane SOKOME (Photo), pour donner son point de vue relatif au discours du Président Macky Sall.

Monsieur SOKOME a avant tout félicité la Cellule de communication du Président Macky SALL qui a rédigé un discours efficace de haut niveau. Comme vous le savez, la sortie en direct du Président de la République á la veille de la fin d´année est quelque chose très symbolique car c´est l´émission politique la plus regardée de l´année mais aussi c´est le discours le plus écouté par les citoyens et les analystes politiques, selon Monsieur SOKOME, qui a suivi le discours devant son écran depuis Berlin.

Le consultant politique et juridique poursuit son analyse en ces termes « il faut respecter certaines régles quand on prononce un tel discours á l´orée d´une nuit de fête : il faut pouvoir être ni anxiété encore moins négatif ou pesant, savoir par cœur le message véhiculé, donner l´image de quelqu´un qui a confiance en lui-même (crédibilité) pour que les citoyens se reconnaissent dans votre discours. Un discours c´est une incarnation de la personne qui est seule et qui parle.

Globalement, le Président Macky Sall a montré toutes ces qualités et respecté les régles de la déontologie politique avec clarté et humanité. Le discours a été formel sans faire de la politique politicienne. Ce sont des choses très importantes á éviter dans un tel discours suivi par des millions de citoyens. Le message a été original et convainquant. Le Président Macky Sall a montré que la parole peut être rassembleuse et cela a eu un impact positif sur l´opinion publique.

Outre les projets économiques prononcés ou réalisés ainsi que les performances sociales touchant l´ensemble du territoire national, la partie la plus fondamentale qu´il faut retenir du discours selon Monsieur SOKOME, concerne les quinze points de la future révision constitutionnelle qui visent á stabiliser la démocratie sénégalaise en renforçant l´Etat de droit, tout en améliorant la gouvernance des affaires publiques.

Les ’’innovations’’ prônées par cette future révision constitutionnelle touchent “l’intangibilité des dispositions relatives à la forme républicaine, la laïcité, le caractère indivisible, démocratique et décentralisé de l’Etat, le mode d’élection, la durée et le nombre de mandats consécutifs du Président de la République. Concernant le dernier point qui intéresse la majorité des sénégalais, Macky Sall, annonce l´applicabilité immédiate de la réduction de son mandat en cours de 7 ans á 5 ans qui fera l´objet du projet de réformes constitutionnelles qui conformément á l´article 51 de la Constitution sénégalaise, exige au préalable l´avis du Président du Parlement et celui du Conseil constitutionnel. Sans nullement faire du griotisme politique et d´une manière objective, selon Monsieur SOKOME, il faut saluer cette décision courageuse et personnelle du Président Macky Sall de vouloir réduire son mandat de 7 ans á 5 ans en passant par la voie la plus simple et non coûteuse. Le fait est rare dans la mesure oú beaucoup de dirigeants africains aiment modifier la Constitution pour rester au pouvoir au-delá de la durée inscrite dans la Loi fondamentale de leur pays.

Il faut maintenant plus que d´actions que de politique comme plus de vision á long terme car le dernier mot revient au peuple. Un bilan positif du premier mandat est déterminant pour briguer un second mandat mais c´est l´équipe qui fait la force de tout ce que l´on peut faire. Une seule personne ne peut faire émerger une nation, il faut une étroite collaboration, conclut le consultant juridique et politique.

Africpost

 

Comments

comments

Loading...