000_Par8042259_0

Ce qu´il faut retenir du 15éme Sommet de la Francophonie de Dakar 2014

Après le Sommet de 1989 tenu au Sénégal et qui était le premier en terre africaine, 25 ans jour pour jour, le 15éme Sommet de la Francophonie vient de s´achever ce dimanche 30 novembre 2014 au Centre international de conférence Abdou Diouf á Diamniadio, situé á quelques kilométres de Dakar. Pendant deux jours notre pays a accueilli pour la deuxiéme fois la XVe Conférence des Chefs d´Etat et de Gouvernement ayant en commun l´usage de la langue française pour définir les orientations de la Francophonie, statuer sur l´admission de nouveaux pays membre et élire démocratiquement le successeur du Secrétaire général sortant de l´OIF, l´ex président sénégalais, Abdou Diouf.

Il faut rappeler que les Sommets de la Francophonie sont le lieu privilégié d´expression et de renouvellement d´une solidarité essentielle pour la construction d´un espace commun francophone de dialogue et de coopération. Les Sommets ont lieu tous les deux ans. La République Démocratique du Congo passe le relais au Sénégal après avoir abrité le Sommet de 2012. La rencontre de Dakar a été ainsi consacrée aux « femmes et jeunes en Francophonie: vecteurs de paix, acteurs de développement ». Un théme que le pays hôte a proposé aux pays membres de la Francophonie.

RECAPITULATIF DES POINTS FORTS DU SOMMET DE DAKAR 2014

Le vendredi 28 novembre 2014 coïncide avec l´arrivée des délégations ainsi que les Chefs d´Etat et de Gouvernement. En tout plus de 4000 personnes ont participé au Sommet de Dakar. Le Président Macky Sall, en compagnie de Abdou Diouf, a accueilli chaleureusement ses hôtes. Notre pays a su conserver une de ses valeurs essentielles: L´hospitalité, la Teranga en wolof.

La premiére journée du Sommet de Dakar du samedi 29 novembre 2014 symbolise la Cérémonie solennelle d´ouverture accompagnée des discours des Chefs d´Etat et de Gouvernement. Ces derniers ont pris la parole pour remercier le pays organisateur, le Sénégal, féliciter le Secrétaire général sortant Abdou Diouf pour sa mission accomplie à la tête de l’OIF et évoquer leur vision de la Francophonie pour les années à venir.

Le Président Macky Sall a prononcé á cette occasion un discours digne de son nom. Il a rendu un vibrant hommage au pére fondateur de la Francophonie, Léopold Sédar Senghor, au Secrétaire général sortant de l´OIF, le Président Abdou Diouf, aux femmes et jeunes. « Que serait en effet le monde sans la force vitale des femmes, son autre moitié ? Et sans l’enthousiasme et le dynamisme de sa jeunesse, son avenir ? S´interroge le Président Macky Sall. Le Président sénégalais a en outre salué la Francophonie des valeurs universelles qui est une expression de l´attachement commun á la liberté, á la démocratie et au respect des droits de l´homme dont le Sénégal a fini de poser ses lettres de noblesse en la matiére. Selon le Président Macky Sall, la Francophonie a sa raison d´être que selon les principes suivants : échanges économiques fondés mutuellement sur le respect, la transparence, la solidarité et le gagnant-gagnant c´est á dire une volonté commune de coopérer dans un esprit de partenariat solidaire et complémentaire. La Francophonie des peuples, c´est certes la langue et la culture, la paix et la sécurité, la démocratie et les droits de l´homme mais c´est aussi la mobilité dans l´éducation, la formation et l´enseignement supérieur ainsi que la technologie au service du plus grand nombre.

Le Président Macky Sall a terminé son discours par une phrase émouvante caractérisant ses qualités incontestables d´homme d´Etat: “Devant la Communauté francophone et le peuple sénégalais que vous avez tant servis, en reconnaissance de votre œuvre, je donne votre nom à ce magnifique Centre international de Conférence, qui s’appellera désormais Centre International de Conférence Abdou Diouf, CICAD”. Une maniére de rendre un vibrant hommage au Président Abdou Diouf qui quitte son poste de Secrétaire général de l´OIF après 12 années de « bons et de loyaux services » á la construction et au rayonnement de la Francophonie institutionnelle qui est devenue de nos jours un acteur important dans les relations internationales.

Il faut rendre á César ce qui appartient á César. Cette formule a été diplomatiquement et royalement manifestée á l´égard de Macky Sall par Abdou Diouf lors de son discours en prononçant les mots suivants: « Alors je veux vous dire, Monsieur le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall, que ce Sommet n’est pas un sommet comme les autres. Je ne pense pas seulement à la tradition légendaire de l’accueil sénégalais, je ne pense pas seulement à la mobilisation de toutes celles et tous ceux qui ont permis la tenue de ce grand événement dans des conditions flamboyantes, je pense, aussi, au devoir qu’a la communauté francophone de vous rendre hommage, Monsieur le Président de la République, pour avoir su et voulu continuer à porter haut et fort le flambeau de la Francophonie, pour avoir su et voulu faire prospérer, avec sagesse et créativité, tout ce qui incarne, depuis des décennies, aux yeux de l’Afrique et du monde, le génie du peuple sénégalais et du Sénégal, ce grand pays, ma patrie, mon pays de cœur et de sang. Et c’est de cet hommage que je veux accompagner les remerciements fraternels que je vous adresse, avec fierté, en mon nom personnel, et au nom de toute la Francophonie. Ce sommet n’est pas un sommet comme les autres ».

Quant au Président français François Hollande, il a tenu un discours franc sans langue de bois. Il a rappelé le rôle historique du continent africain, l´apport des Tirailleurs sénégalais, la place des langues nationales, la Sécurité et la paix, le respect des régles démocratiques, la maladie Ebola qui inquiéte le monde mais surtout d´une maniére véridique l´intérêt de la France á coopérer avec l´Afrique en évoquant la place des multinationales françaises sur le continent. Ce qui veut dire que la France compte sûrement sur l´Afrique pour bien véhiculer sa culture, langue mais surtout sauvegarder ses intérêts économiques en valorisant la Francophonie. Á cet effet, les participants au Sommet de Dakar n´ont pas hésité á prôner un partenariat gagnant-gagnant mutuellement entre pays membres.

Le 15éme Sommet de la Francophonie a pris fin le dimanche 30 novembre 2014 avec l´élection du successeur du sénégalais Abdou Diouf au poste de Secrétaire général de la Francophonie dont le mandat se termine le 31 décembre prochain. En tout cinq candidats dont quatre africains et une Canadienne étaient en lice pour le fauteuil vacant. Les 54 chefs d’État ou de gouvernement, membres de plein droit de la Francophonie, réunis en Sommet à Dakar ont désigné á l´unanimité et par consensus, lors d´un huis clos, la Canadienne d´origine haïtienne Michaëlle Jean au poste de Secrétaire générale de l´Organisation internationale de la Francophonie.

En résumé, l´évènement de Dakar fut une réussite totale sur tous les plans (sécurité, logiciel, qualité, discours, hospitalité, mobilisation etc.). La rencontre a permis une très forte présence des chefs d´Etat et de gouvernement membres et invités et des hauts représentants des Organisations internationales et régionales mais surtout l´intérêt des opinions publiques et des médias. Le Sommet a été salué et magnifié par tous les participants. 25 ans après celui organisé en 1989, le Sénégal a montré en face du monde sa capacité et son expertise de l´organisation des rencontres internationales. On note une bonne tenue de ce grand rendez-vous. Cette réussite est á l´image de la diplomatie sénégalaise et ses ressources humaines de qualité même si quelques retards ont été notés au niveau des allocutions. Le Sommet a permis aussi de définir les orientations de la Francophonie de maniére á assurer son rayonnement dans le monde.

L´une des particularités du Sommet de Dakar c´est la premiére fois qu´une succession au poste de Secrétaire général de la Francophonie devient problématique et un des temps forts du Sommet mais aussi qu´une femme et qu´une personne non-africaine prend la tête de l´OIF. Historiquement, l´OIF a toujours eu un représentant des pays du Sud pour Secrétaire général. Ce changement constitue t-il une défaite pour la diplomatie africaine ?

image

Pour la premiére fois aussi dans l´histoire de l´OIF, un Sommet a été consacré aux femmes et jeunes qui demeurent des acteurs incontournables du monde globalisé. Si je me permets de paraphraser le Conseiller général de l´ex Secrétaire général de la Francophonie, Ousmane Paye, le théme a mis au cœur des débats l´une des préoccupations majeures pour le futur de la Communauté francophone et du monde: La nécessité d´accorder une attention toute particuliére á la situation, aux aspirations et aux attentes des femmes et des jeunes, qui sont confrontés á de nombreux défis, et de favoriser leur pleine participation dans les processus de paix et de développement cruciaux pour nombre des Etats membres.

Selon la déclaration de Dakar 2014 dans son préambule, adoptée par les Chefs d´Etat, les femmes et jeunes constituent les vecteurs des valeurs francophones. Conscients de la place et du rôle croissant de ces deux composantes majeures de la société contemporaine dans tous les domaines de la vie politique, économique et sociale ainsi que des enjeux qu´elles représentent pour la Communauté Francophone, les pays membres de l´OIF engagent á promouvoir sans cesse un développement durable, équilibré et inclusif en vue d´une plus grande cohésion sociale. Ils renouvèlent dans cette perspective leur confiance aux femmes et jeunes de l´espace francophone pour continuer á faire entendre leur voix face aux grands défis mondiaux et les mutations dans l´espace francophone.

En attendant de concrétiser les décisions prises á la rencontre de Dakar, le prochain rendez-vous est fixé en 2016 á Antananarivo pour le 16éme Sommet de la Francophonie. Madagascar revient ainsi sur la scéne internationale après quelques années d´absence au sein de l´organisation.

 

 

SOULEYMANE SOKOME

Juriste et Politologue, Consultant Juridique et Politique basé á Berlin en Allemagne

Comments

comments

Loading...