SOKOME-300x205

Africpost donne la parole au juriste Sileymane Sokome afin d’éclairer les lanternes sur la question de la force juridique de l’avis du conseil constitutionnel . Si des juristes comme le Pr Abdoulaye Dieye , pensent que l’avis n’est pas incontournable , Sileymane Sokome évoque le caractère « incontestable de l’avis » avant de conseiller  « inutite de faire de la masturbation politique ».

« Le droit constitutionnel sénégalais s’inscrit dans un cadre classique d’un État de droit qui organise les rapports entre gouvernants et gouvernés. La plus haute instance du système judiciaire sénégalais est le Conseil Constitutionnel qui depuis 1960 est chargé de contrôler le respect de la constitution. Ce contrôle est strictement réservé à ses membres qui avant d’entrer en fonction prêtent serment en audience solennelle publique pour fidélité et impartialité. Seules certaines personnes et autorités sont habilitées à saisir cet organe. Par exemple le Président de la République dans le cadre du contrôle de la constitutionnalité des lois et des engagements internationaux mais aussi pour toute modification de la constitution. Ce principe a toujours bien fonctionné selon les différentes modalités régies par la loi.

L’avis des membres du Conseil Constitutionnel fixant la prochaine échéance électorale en 2019 est incontestable. Le politicien émet son souhait mais c’est le juriste qui a le dernier mot en droit constitutionnel quelque soit la volonté, la promesse ou l’engagement de l’homme politique. Maintenant inutile de faire le bavardage ou de la masturbation politique. Il revient au pouvoir de continuer à convaincre l’électorat par l’efficacité sur le terrain. La décision du Conseil Constitutionnel juridiquement irrévocable peut aussi être bénéfique pour l’opposition qui aura au moins un temps raisonnable pour présenter aux sénégalais un programme de développement plus fiable. Un pays en voie de développement comme le nôtre ne peut  pas passer tout le temps à organiser des élections. Nous devons nous inspirer du modèle allemand qui quand il s’agit de l’intérêt de la nation les politiciens bavardent peu et sont de grands serviteurs de la nation ».

Souleymane Sokome (Juriste et Politologue à Berlin/Allemagne)

 

 

Comments

comments