Les législatives et encore les législatives. L’AS informe que c’est aujourd’hui à 16h que nous devrions savoir quelles sont les listes de partis et coalitions de partis qui seront admises à participer aux élections législatives du 30 juillet. Titre à la UNE du journal : Jour de vérité. Le TEMOIN annonce pour sa part que c’est un tsunami qui va se produire dans quelques heures lorsque lesdites listes vont être publiées officiellement. VOX POPULI pense en effet à des menaces de vote sanction dans les trois grandes coalitions : Benno Bokk Yakaar, Manko Taxawu Senegaal et Mankoo Wattu Senegaal.

En attendant, LIBERATION fait des révélations sur « l’armée » de Wade. Selon le journal, presque tous les hauts responsables du parti ont « fui » les listes départementales pour « se réfugier » dans les listes nationales. Pour les départements, les têtes de liste sont entre autres, Omar Sarr à Dagana, Bara Gaye à Pikine, Basse Kébé à Nioro, Fabouly Gaye à Kolda… Pour les fonds de campagne, LIBERATION annonce que Wade connaît des difficultés pour les mettre en place et il est peu sûr qu’il vienne au Sénégal pour battre campagne. Sur ce dernier point, le TEMOIN soutient le contraire en parlant d’un télescopage programmé entre Mahammad Dionne et Me Abdoulaye Wade, le jour de la Korité à Massalikoul Jinane.

Sur les conséquences de ces législatives, DIRECT INFO pense à une majorité présidentielle élargie. Mais en attendant, le journal soutient que les manœuvres se poursuivent dans le camp du pouvoir comme de l’opposition pour engranger le maximum de voix.

Sur les pléthores de listes, le Pr Amsatou Sow Sidibé soutient à la UNE de la TRIBUNE que cela s’explique par des financements occultes. Pour Aïda Mbodji, dans l’OBS, « les questions de coalition en matière d’élections Locales ou Législatives, c’est de l’arnaque politique. Depuis 2012, les Sénégalais ne savent pas qui les gouverne. On va de coalition en coalition. Il faudrait que les Sénégalais puissent identifier leurs mandants ». En tout cas pour Serigne Mbacké Ndiaye dans VOX POPULI, « dire que c’est Macky Sall le responsable de la pléthore de listes, c’est insulter les leaders que nous sommes ». Ousmane Sonko à la UNE de SUDQUOTIDIEN dit niet à toute idée de modification à moins de deux mois des Législatives. Il invite le chef de l’Etat qui avait refusé toute discussion au sujet du bulletin unique qui aurait réglé le problème de pléthore de listes, à assumer pleinement la conséquence de son refus du dialogue.

ZOOM INFOS soutient que Me Madické Niang sentant que l’Etat avait fini de le cerner dans le cadre des enquêtes de la Crei aurait profité de l’occasion des pourparlers pour le « protocole de Doha » pour jouer le jeu du pouvoir au détriment de Karim Wade. Pour le journal, après la découverte de ses biens aux Etats-Unis, l’avocat a sacrifié Karim pour échapper à la Crei.

Parlons économie avec WALFQUOTIDIEN qui alerte sur les conséquences de l’entrée du Maroc dans la CEDEAO. Selon le journal, c’est la mort programmée pour notre industrie manufacturière. Car les produits marocains plus compétitifs vont arriver en trois jours de route sans payer des droits de douane ou de taxes et désintégrer notre industrie.

Le SOLEIL informe à la UNE que les grandes orientations des zones économiques spéciales sont déclinées. Moubarack Lô, Conseiller spécial du Premier ministre soutient dans le journal que « les zones économiques spéciales (Zes) constituent un moyen d’accélération des investissements et des exportations qui restent des facteurs clés d’émergence ». Le SOLEIL rappelle que le Sénégal avait tenté une expérience en 1974 mais la tentative a été infructueuse.

Dans le QUOTIDIEN, c’est le milliardaire Bocar Samba Dièye qui clame son innocence dans l’affaire qui l’oppose à la Cbao. Il dénonce un complot ourdi contre lui par certaines autorités.

ENQUETE va « en profondeur » à Bettenti plus d’un mois après le naufrage. Selon le journal, les naufragés refusent obstinément de retourner à l’eau, l’économie locale en pâtit. Mais à toute chose malheur est bon. Le port du gilet pour la traversée, la pêche ou le ramassage des fruits de mer est désormais de rigueur.

Terminons avec LES ECHOS et l’affaire de photomontage du chef de l’Etat. Selon le journal, la maman d’Oulèye Mané a imploré hier face à la presse, le pardon du président Macky Sall.
 
 
 Ndiaga DIOUF, Journaliste

Comments

comments