1380479_540142129396868_1565147475_nLe ministre sénégalais de la Justice Me Sidiki Kaba, a apporté une réponse au groupe de travail de l’ONU qui demandait à l’Etat du Sénégal, la libération immédiate de Karim Wade et son indemnisation.

Dans ce document de réponse daté du 29 mai dernier intitulé «Note du gouvernement du Sénégal au groupe de travail sur la détention arbitraire», dont Dakaractu un quotidien sénégalais détient une copie, le  gouvernement sénégalais  ne partage pas l’avis de l’Onu. Nos gouvernants déplorent “le non respect assumé du principe du contradictoire. L’Etat de relever, dans le fond, des «dysfonctionnements».

Pour le Sénégal, le groupe de travail a “méconnu les limites de sa compétence qui consiste à rechercher le caractère arbitraire ou non de la détention d’une personne et non à se substituer à l’appareil judiciaire national qui a eu à se prononcer, dans toutes ses composantes saisies et à tous les niveaux de la procédure, sur des recours répétitifs dont l’unique objet était d’empêcher le déroulement normal du procès».

Selon le Garde des sceaux, le Sénégal est un état souverain et la décision finale de la Cour Suprême à l’issue des différents pourvois en cassation introduits par les avocats sera respectée.

«L’ONU ne juge pas. Le Sénégal est un état souverain, ce sont des institutions judiciaires du Sénégal qui prennent des décisions. C’est la décision qui sera prise par la Cour de Cassation qui sera la finale. La décision prise par la Cour Suprême sera appliquée. Le Sénégal a la souveraineté judiciaire et c’est un principe régalien qui s’applique à  tous les Etats », dira le ministre qui digére mal la demande de l´ONU…

Pour rappel, la justice sénégalaise a condamné au mois de mars dernier Karim Wade, fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, à une peine de six ans d’emprisonnement et à une amende de 138 milliards de francs CFA (209 millions d’euros), pour « enrichissement illicite », anéantissant ses espoirs d’être candidat à la présidentielle de 2017. La défense a annoncé qu’elle allait se pourvoir en cassation devant la Cour suprême.

La détention de Karim Wade est arbitraire, selon l’avis du groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire. La décision date du 7 mai, mais elle a été notifiée officiellement lundi soir aux avocats de la défense de Karim Wade. Le groupe de travail de l’ONU demande donc au Sénégal de « prendre les mesures nécessaires pour remédier au préjudice subi, en prévoyant une réparation intégrale ».

Africpost avec Dakar24

 

Comments

comments

Loading...