7984715-12422654Au lendemain d’une victoire acquise sans suer devant Gouy Gui (nom d´un lutteur) dimanche dernier au stade Demba Diop, le temps est beau au domicile du détenteur du drapeau du tournoi de la TNT (Télévision Numérique Terrestre). Aprés ce tournoi remporté haut la main, Ama a bien voulu faire le débriefing avec le consultant d’Africpost à Dakar. Dans son speech Il il est revenu sur son dernier combat contre Gouy Gui, le tournoi TNT remporté et son avenir dans l’arène Sénégalaise. Entretien avec Boudal Ndiath depuis la capitale sénégalaise.

 Au lendemain de votre victoire devant Gouy Gui, après avoir revu le film du combat, racontez-nous ce qui s’est passé ?

Permettez moi tout d’abord de remercier le bon Dieu de m’avoir donné la victoire devant Gouy Gui et autres qui avaient participé au tournoi TNT, je leur encourage et leur souhaite une bonne santé afin qu’ils puissent continuer leur carrière dans la lutte. Pour ce combat contre Gouy Gui, c’est très simple á expliquer. Gouy gui avait l’habitude de faire ses incantations mystiques avant le coup de sifflet final, je ne pensais même pas qu’il allait les faire à ce moment du combat. Son objectif c’était de me déconcentrer pour en profiter mais je n’ai pas suivi son jeu. Il voulait jouer au plus intelligent, parce qu’il est plus âgé que moi. Il riait, me taquinait. J’ai beaucoup appris de notre premier combat. Il pensait que c’était le seul moyen pour s’en sortir parce qu’il savait n’avoir aucune chance. Gouy Gui a peur de moi, c’est aussi simple que cela. Mon souhait c’était de le corriger avant de le terrasser en un temps record. Je ne m’attendais à un tel scenario. En toute franchise, je m’attendais à plus que ce que j’ai vu.

Vous êtes donc déçu ?

Ce combat pouvait être spectaculaire. Les amateurs sont déçus parce qu’ils ne s’attendaient pas à un tel dénouement. Ils voulaient un combat revanche beaucoup plus intéressant. Moi aussi je m’attendais à un combat beaucoup plus dur. Mais malheureusement tout le monde est resté sur sa faim. Avant même le combat Gouy Gui a utilisé toutes les stratégies possibles pour repousser le combat, je ne pensais pas que le combat allait avoir lieu. Il m’a fallu voir mon adversaire au stade pour le croire. Gouy Gui n’était pas prêt pour ce combat.

Aprés votre parcours au tournoi TNT on peut dire qu’Ama gagne en maturité. On peut dire maintenant que vous avez grandi…

 Vous savez après le décès de mon père, j’ai pris conscience que c’est à moi de prendre le relais. Je dois relever le défi. Emmener le flambeau loin pour faire plaisir la famille, parce que mon père à écrit l’une des plus belles pages de l’histoire de la lutte sénégalaise. C’est une lourde responsabilité que je porte sur mes épaules. Avant chaque combat, je pars m’incliner devant la tombe de mon grand Tapha Baldé qui m’a tout donné et c’est grâce à lui que je suis devenu un lutteur.

Aprés avoir remporté le tournoi TNT, qui avez-vous en ligne de mire ?

 Mes combats contre Gris Bordeaux de l’écurie fass et Modou Lo plaisaient aux amateurs. Même mon combat contre lac 2 serait intéressant. Mon père disait que je ne vais pas lutter contre ce dernier, mais Lac 2 (nom de lutteur) a trahi le contrat qui nous liait. Il est allé aider mon adversaire Gouy Gui lors de notre premier Combat. S’il était vraiment mon parent, il n’allait pas soutenir mon adversaire même s’ils habitent ensemble à Guédiawaye. Donc retenez juste que Gris Bordeaux, Lac 2 et Modou Lo sont mes cibles.

Votre combat contre Modou Lo n’est-il pas prématuré ?

 Non. Je pense avoir montré des preuves suffisantes pour pouvoir affronter Modou Lo. En plus la lutte traverse une crise et je pense que ce combat pourrait faire revenir les sponsors. A mon humble avis, ce combat pourrait faire revivre l’arène. Modou Lo est le seul lutteur qui m’a terrassé en lutte simple. Donc il a une revanche à m’accorder. Quand je luttais contre lui en ce moment j’étais pas très intéressé à la lutte. J’aimais beaucoup plus le football (Il était latéral de son équipe de quartier).

Quand irez-vous à l’assaut du titre de roi des arènes ?

 Je travaille dur pour ça. Je m’entraine nuits et jours pour le titre de roi des arènes. La preuve pour ce combat, nous nous sommes rendus à Tivaouane Peul oú nous avons fait 6 mois en compagnie d’autres lutteurs de Pikine et de mon staff. Je me réveillais à 4h du matin pour m’entrainer. J’ai le trône en ligne de mire. Je dédie cette victoire à tous les lutteurs de Pikine.

BOUDAL NDIATH

Journaliste –Consultant chez Africpost

Comments

comments