cigarette-senegalL’Assemblée nationale sénégalaise a voté ce vendredi 14.03.2014 une loi qui, selon la ministre de la Santé, interdit de fumer «dans les espaces publics et les espaces accueillant le public» ainsi que la publicité du tabac au Sénégal. Le vote de cette loi, qui doit encore être promulguée par le chef de l’Etat Macky Sall pour entrer en vigueur, «est une grande avancée pour le Sénégal, a estimé la ministre Awa Marie Coll Seck, citée par plusieurs médias locaux dont l’agence officielle APS. 

Sous la houlette de la Ligue sénégalaise contre le tabac (LISTAB), beaucoup d’organisations luttent contre le tabagisme et son usage dans les lieux publics. 
«Nous avons légiféré sur le fait qu’il ne faut plus vendre du tabac à moins de 200 mètres des établissements scolaires, car nous savons que le tabac est un grand fléau au niveau des jeunes», a ajouté Mme Seck. «Nous allons travailler à émettre des décrets d’application. Nous pensons qu’ensemble, nous devons tout faire pour que cette loi soit appliquée », a promis le ministre de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal. Dans les débats, les députés ont prôné l’interdiction totale de l’usage du tabac dans les lieux publics et suggéré la création d’espaces fumeurs.

Le tabagisme tue près de six millions de personnes chaque année, dont plus de 600 000 fumeurs passifs. En fait, le tabagisme tue pratiquement la moitié des consommateurs de tabac et reste l’une des principales causes de mortalité évitable. Le tabac ne présente pas d’effet bénéfique connu pour la santé, mais constitue plutôt une cause de décès, d’incapacités et de décès prématurés. Les mesures de lutte antitabac visent à réduire, de manière considérable et continue, la prévalence du tabagisme et l’exposition à la fumée du tabac. La Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac définit les différentes mesures de lutte antitabac à mettre en œuvre pour prévenir les gens, en particulier les jeunes, de commencer à fumer, pour aider les fumeurs à cesser de fumer et pour protéger les non-fumeurs contre l’exposition à la fumée du tabac. 

http-www-lebanco-net-images-actu2-3631cca7d45d838b103613-png

Si l’Afrique n’était pas un continent très fumeur il y a quelques années, la tendance s’est inversée ces dernières années. Face aux législations de plus en plus sévères dans l’hémisphère nord, l’industrie du tabac s’est tournée vers l’Afrique, nouvelle cible facile. L’Afrique, c’est un peu le salut des fabricants de cigarettes, pour lesquels le marché représente un potentiel énorme. 48% des jeunes au niveau de la Région africaine sont exposés á la fumée du tabac dans les lieux publics. Si, en Afrique, les ventes de cigarettes sont en constante augmentation depuis quelques années, cela va de pair avec des conséquences sanitaires graves. L’OMS estime que la cigarette fera 7 millions de victimes sur le continent Africain d’ici 2030, soit 70% du nombre de victimes dans le monde entier. Du coup, une majorité de pays africains soutiennent la convention cadre pour la lutte anti-tabac de l’OMS, en vigueur depuis avril 1995, et les lois anti-tabac fleurissent. Mais aujourd’hui, l’Afrique reste un mauvais élève de la lutte anti-tabac. Seuls l’Afrique du Sud, Madagascar, le Botswana, l’Érythrée, Maurice, le Rwanda et les Seychelles ont jusque´ici des lois abouties et appliquées. De plus, Il y a très peu de campagnes anti-tabac en Afrique. La loi sur l´interdiction de fumer dans les lieux publics au Sénégal est une mesure á saluer et á encourager.

 

L´équipe d´africpost 

 

 

Comments

comments

Loading...