75 ans – 1942 pour la première fois et 1960, la cérémonie devient permanente- après le premier événement de la retraite spirituelle, le lieu saint refuse de plus en plus du monde à la quête de la récompense d’Allah pendant 10 jours dans un endroit chaud qui caractérisé par de forte canicule.

La dernière édition de Daaka de Medina Gounass s’est achevée ce lundi 18 janvier avec la formulation des prières pour un monde beaucoup plus de responsabilité.

Daaka, un lieu de regroupement des fidèles et de pratique, est situé à 11 kilomètre de Médina Gounass au sud du Sénégal et près de 600 kilomètres de Dakar. Pour y accéder, les fidèles qui quittent Dakar prennent des bus comme moyen de transport avec au moins 15000 franc CFA pour le coût du transport et mettent prés de 12h dans ces types de voitures pour le seul sens. Cette édition est marquée par un incident qui a provoqué la mort d’une trentaine de personnes, des cinquantaines de blessées et d’importants dégâts matériels. Parmi ceux qui ont perdu leur vie, il y a des mauritaniens. Les victimes parlent des milliards de franc CFA partis en fumée.

Ce lieu regroupe aussi des commerçants qui en profitent pour écouler leurs produits. L’incident a affecté  plusieurs commerces. Un habitant à Medina Gounass, du nom Amadou Tidiane NIANG, victime nous convie : tout est passé devant moi, actuellement, il y a des gens qui sont rentrés après avoir perdu leurs marchandises. J’ai pu évacuer toutes mes affaires mais il a eu des personnes malintentionnées qui en ont profité pour voler des bagages. Ce que j’ai perdu peut être estimé à cent mille franc CFA, du coup, cela ne représente rien par rapport à ceux qui ont perdu des proches ou à mon oncle qui a tout perdu et avoisine près d’une cinquantaine de millions de nos franc et mon frère qui a vu son sac contenant 300000 franc CFA transformé en cendre.

Abdou Rahmane LO venant de Tivaone est vendeur de livres. Il explique : c’est très difficile parce qu’on a perdu beaucoup de vies humaines et de matériels, c’est des millions qui sont emportés par le feu. Celui qui a perdu que des marchandises n’a rien perdu parce qu’il pouvait même y perdre sa vie. Mon voisin, mon fournisseur, est finalement rentré car il a tout perdu.

Au-delà de ce qui s’est passé les personnes sont plus déterminées. Des millions de personnes uniquement des hommes, réunies avec la forte canicule et des conditions de vie très difficiles s’en remettent au bon Dieu et continuent de lire les livres du saint coran et de prier sur le prophète. Pour El hadj Malick BA de Daaka Horé Fonndé dirigé par Tierno Abdouramane DEM, C’est la volonté divine, même si tout le Daaka était ravagé nous allons reprendre les activités. C’est une épreuve que Dieu nous a fait descendre, donc nous croyant en lui et nous allons continuer d’assiéger les lieux jusqu’au jour de la résurrection. Que dieu assiste les blessées et pardons nos martyrs. J’ai perdu plus de 300 bidons destinés  à la vente.

Ibrahima BA qui vient de Dakar rassure : Être là est une chance car on pouvait s’adonner à d’autres choses autres que celles qui nous mènent au droit chemin. Nous ne pouvons que remercier Allah et l’initiateur de l’événement. Seul le saigneur est capable de lui rétribuer et qu’il le fasse. Si le pays est épargné des violences qui se développent un peu partout dans le monde c’est grâce à lui avec les lectures du saint coran, les prières et celles sur le prophète Mouhamed (psl) qui sont une source de protection éternelle. On a laissé nos femmes, nos chambres et lits, nos aliments et boissons pour être là pendant dix jours avec une forte chaleur uniquement pour avoir la bénédiction d’Allah.

Un mauritanien, Hammet Mabo originaire de Kaedi et venant de Nouakchott, capitale de la République islamique de la Mauritanie en est à sa dix-neuvième édition. Il ne regrettera jamais sa présence et promet de revenir l’année prochaine. Il soutient : je suis très fier et impatient du Daaka parce que c’est un développement spirituel qui est acquis dans ces lieux. Je l’ai hérité de mes parents et depuis lors je viens annuellement au Daaka. Ce qui s’est passé relève de la volonté divine, j’ai perdu trois proches venant de Kaedi et cela ne nous empêche pas de revenir pour les prochaines éditions. Le Président de la république nous a promis un site moderne équipé en eau et électricité.

La Président mauritanien, par le biais de son ambassade à Dakar, nous a réuni et nous a promis de faire quelque chose pour les victimes. Ajoute-t-il.

Le Khalife général, BA Amadou Tidiane, pour baisser les rideaux, a formulé des prières pour que la paix règne dans le monde, souhaite aux blessées un bon rétablissement et que Dieu pardonne nos morts. Rendez-vous du Daaka 2018 est prévu à partir du 10 Avril de la même année.

BA oumar

Comments

comments

Loading...