diool

Il était parti pour être un brillant anglophone mais le destin l’a orienté dans la musique .Le pêcheur originaire du Fouta (Nord du Sénégal) a la musique dans le sang. La guitare en bandoulière, Mamoudou diol, à la quête des traditions de ces ancêtres, fait village par village pour recueillir l’histoire de ces aïeuls afin de l’expliquer à la face du monde.

Mamoudou Diol est issu d’une famille de pêcheurs. Né dans la banlieue dakaroise en 1975, Diol a grandi à Dogui Dombi, un village de pêcheurs situé dans le nord du Sénégal. Ses premiers pas à l’école, le jeune diol les a faits à golléré (village situé à quelques kilomètres de son village). En 1983, après l’obtention de son CFEE, Mamoudou, jeune collégien, se dirige vers Podor (une ville ou se croise plusieurs cultures) .C’est à Podor que Mamoudou diol a commencer à s’inspirer, au bord du fleuve. Quelques années plus tard, le brillant élève réussit avec brio son brevet d’étude au CES Baba Diongue. En 1987, il est orienté au lycée limamoulaye de Guédiawaye. Apres 3 ans d’études, Diol obtient le baccalauréat qui lui ouvre les portes de l’université de Dakar. Il est orienté au département d’anglais. Mais Diol ne pouvait plus continuer les études, le virus de la musique l’ayant piqué. Il sait qu’il est fait pour être chanteur mais pas bureaucrate « J’étais vraiment emporté par l’amour de la musique .Je ne fréquentais que des artistes». Mamoudou Diol décide volontairement de quitter l’amphithéâtre au profit de la musique. « Je ne me sentais plus étudiant .D’ailleurs avant la fin de l’année scolaire, j’ai arrêté .J’étais en pleine examen. J’avais passé le premier tour, il me restait les examens oraux mais j’étais déjà en tournée avec des artistes .Finalement je n’ai pas passé les oraux .Je n’avais plus la tête aux études». Ce fut difficile pour ma famille mais elle a compris que j’étais destiné à la musique » Le jeune chanteur retrouve Mamadou Samba Diop Mourtoudo (un grand Conservateur des traditions peulhs). Mourtoudo avait un orchestre qui regroupait presque tous les jeunes talents de la Musique peulh à l’époque .C’est dans cet orchestre que Mamoudou Diol apprend ses premieres notes musicales .Diol se souvient « J’étais à l’époque avec Demba ndiaye ndillan , ndeye Coumba Dia ,Sidy Dieye Amadou Tidjane Ndiaye etc. J’ai beaucoup appris à côté de ces gens et Mourtoudo diop m’a beaucoup apporté ».Quelques années plus tard , Mamoudou Diol et son ami Sidy Dieye créent  Olel Fouta. Son orchestre Olel fouta semble être le centre de formations des jeunes chanteurs Puulars. « Olel Fouta est une université ou émergent de jeunes talents » dira l’artiste. Sur la scène musicale sénégalaise, depuis 1994, Mamoudou Diol a lancé son premier Album Golléré. Un premier album que les mélomanes qualifient d’original de par sa qualité musicale et sa diversité rythmique. « D’aucuns disent que le premier « bébé » à tarder à naitre mais moi je dis le contraire. Un artiste doit d’abord avoir le nécessaire avant d’être sur scène, c’est ce que j’ai fait. Je suis allé dans pratiquement beaucoup de village du Fouta pour m’abreuver. Et je pense avoir le nécessaire pour chanter. Mon souhait est d’écrire une belle page de l’histoire de la musique ». Entre la musique et les études, le premier a pris le dessus. Mamoudou Demba, le pêcheur, est venu bercer de par ses belles sonorités, la musique Africaine.

BOUDAL NDIATH
Journaliste –Consultant chez Africpost

Comments

comments