8498397-13362076Le Dandé lenol a fêté ses 30ans d’existence sur la scène musicale sénégalaise ce samedi 07 novembre au Grand théâtre. Ces trente ans de Musique ont été une occasion pour Baaba Maal de montrer à la face du monde la longue marche de son orchestre mythique qui a écrit l’une des plus belles pages de l’histoire de la musique africaine.
Il est impossible de parler de la musique africaine et particulièrement Sénégalaise sans parler du Dandé lenol. Baaba Maal et son orchestre ont su s’imposer de la plus belle des manières. En 1983, Baaba Maal à Paris entend le décès de sa maman, il décide de revenir à Dakar pour les obsèques de celle-ci. Il n’avait pas programmé de rester longtemps au Sénégal, mais Baaba rencontre El Hadji Ndiaye (Patron de la 2stv ) qui le convient de rester pour quelques temps « Un jour El hadji m’appelle chez lui et me convient de rester un peu au Sénégal ,et nous avons mis ensemble le groupe Wandama et avons enregistré une cassette.

Je suis resté quelques temps au Sénégal avec le groupe mais mon ami Mansour Seck à Paris me manquait beaucoup. J’ai finalement décidé de rentrer en France. En concertation avec El hadji j’ai rejoint mes amis (Mansour et Aziz Dieng) quelques temps après mon arrivée que nous avons créé le Dandé lenol» me disait l’artiste.
Baaba Maal et ses amis qui jouent pour des associations de ressortissants africains vivant en France et un peu partout en Europe commencent à être adopté par un public varié c’est ce qui leur a valu d’ailleurs l’invitation de l’université de Bruxelles (Belgique). « Un soir nous sommes invités à Bruxelles par l’université. Nous avons fait un concert très bien apprécié par les étudiants. Aprés la soirée, un étudiant du nom de Philipe Goffin se présente devant moi très ému et me dit Baaba j’ai beaucoup aimé votre prestation et dorénavant je vais vous accompagner dans votre carrière musicale. Philipe m’apprend qu’il est gérant du studio de son père. Il me demande de passer enregistrer gratuitement quand je veux. Cet étudiant m’a beaucoup aidé. D’ailleurs beaucoup de mes morceaux comme taara ont été enregistré dans ce studio de Phillip Goffin.

A chaque fois que nous avions un peu de temps Mansour Seck, Aziz Dieng et moi partions à Bruxelles pour enregistrer » affirme Baaba Maal nostalgique de leur séjour parisien des années 80. Baaba Maal et ses amis continuent de fréquenter les restaurants et boites parisiennes devant un public qui ne comprenait pas certes les paroles mais qui aimait la belle voix de la sirène comme on l’appelait au lycée Charles Degaulle et ses sonorités qui font voyager. Tout en s’ouvrant au monde occidental Baaba conserve son attachement à son peuple et à ses amis surtout.
Les associations sénégalaises en France à l’époque ont été d’un grand apport pour le groupe. La force du Dandé lenol tout au long de ses trente ans de Musique a été la solidarité et le respect mutuel entre membres du Groupe « Le Dandé lenol est une famille, après les concerts les musiciens sont toujours ensemble, nous avons réussi à cultiver une cohésion au sein du groupe. En dehors de la scène les membres sont de vrais complices » confie un technicien.
Pour Amadou Labo, un témoin de ces 30ans Feu Mbassou Niang a joué un rôle très important dans la cohésion du groupe « . Si aujourd’hui le Dandé lenol a réussi cette prouesse je peux dire que Mbassou y a joué un rôle determinant. Mbassou a été un vrai leader au sein du groupe » affirme ce compagnon fidèle qui se souvient de leur première rencontre au Mali. « En 1975 baaba Maal, Mansour Seck et d’autres musiciens me trouvent à Bamako pour faire des recherches, ce jour je me souviens avoir eu une discussion avec Baaba Maal. J’étais vraiment étonné de voir un jeune intellectuel avec sa guitare en compagnie d’autre musiciens venir jusqu’au mali. Sincèrement je me disais que la place de Baaba Maal n’était pas dans la musique mais plutôt dans l’administration ».
Pour ces trente ans certes tout n’a pas été rose mais Baaba Maal et le Dandé lenol ont su s’armer de courage et de patience pour participer au rendez-vous de la musique mondiale. Ces propos d’Aziz Dieng membre actuel du ministère de la culture en disent long « Au début nous avons vraiment souffert à paris, ils nous aient arrivé de jouer dans des restaurants parisiens juste pour manger ».

Pour lui cette souffrance a forgé le Dandé lenol et les a poussé d’ailleurs à faire de la musique un moyen de lutte contre la pauvreté. Si le Dandé lenol a su marquer son empreinte sur la scène musicale sénégalaise c’est du à deux choses Pour Talla Faye membre du groupe « Le Dandé lenol su d’abord conserver son noyau dur composé de Massamba Diop, Hilaire Chaby , Mansour Seck, Mama Gaye, Barou Sall, Alioune Diouf, Bada Seck etc. Ces gens ont toujours été fidéles au groupe malgés les nombreuses sollicitations .L ‘autre chose est que Baaba Maal a su toujours se rapprocher d’avantage de ses musiciens .Sur scène ce sont de vrais complices et en dehors ce sont de vrais amis .Il y’a toujours le respect mutuelle entre membres du groupe »
En 30ans d’existence presque toutes les grandes salles de spectacle du monde ont accueilli ce groupe mythique. Le succès mondiale du Dandé lenol arrive en 1994 avec l’album Firin’ in Fouta et le titre African Woman. Pendant trois ans il enchaîne les tournées mondiales, dont la première partie de Santana en 1996 au stade de Wembley enAngleterre, avant d’enregistrer Nomad Soul en 1998. Quelques mois avant son décès l’ex ménager du Dandé lenol que j’ai croisé à la place du souvenir de Dakar me confie ceci « Vers la fin des années 90 nous avons vraiment marqué un grand coup en Europe. En Angleterre, les sollicitations venaient de partout, parfois. Le peuple anglais aime beaucoup ce que nous faisions. Pour les anglais le dandé lenol est l’un des plus grands groupe d’Afrique »Mbassou Niang exprimait ces propos en prélude des 25ans du Dandé lenol. Pour l’ex ménager du Dandé lenol leur sacrifice a vraiment servi à quelques chose de concret pour le continent africain. Encore pour ces trente ans de musique le dandé lenol a écrit une autre page de l’histoire de la musique sénégalaise qu’elle a honoré partout dans le monde.

BOUDAL NDIATH
JOURNALISTE – Consultant chez Africpost

Comments

comments