14711320736_666e834b53_kLes députés rwandais ont approuvé jeudi un projet de réforme de la constitution qui pourrait permettre au président Paul Kagame de rester au pouvoir au-delà de son deuxième mandat, qui se terminera en 2017, voire de s’y maintenir jusqu’en 2034.

Cette réforme, à laquelle s’opposent de nombreux donateurs internationaux du Rwanda, doit encore être examinée par le Sénat puis soumise à référendum, mais aucune de ces deux étapes ne semble poser de difficulté. Le texte prévoit de ramener la durée du mandat présidentiel de sept à cinq ans et de limiter à deux le nombre de mandats successifs, mais il fait une exception pour Paul Kagame.

Le nouvel article 172 de la Constitution permet en effet à ce dernier d’achever son mandat actuel de sept ans et de briguer un troisième mandat de même durée, puis deux mandats successifs de cinq ans, a expliqué un député. Il a été approuvé par les 75 députés présents en séance jeudi, sur un total de 80.

Paul Kagame n’a pas explicitement dit qu’il souhaitait rester au pouvoir au-delà de 2017 mais s’est dit prêt à écouter les arguments en faveur d’un tel maintien. Le Parlement, dominé par les alliés du président, a examiné le projet après une pétition revendiquant 3,7 millions de signatures de citoyens rwandais. Un mouvement d’opposition, le Parti démocratique vert, a engagé en vain un recours en justice contre le projet.

Reuters

Comments

comments