o-CHANGEMENTS-CLIMATIQUES-facebookPour l’Afrique, le changement climatique a des conséquences énormes, le continent contribue moins à l’effet de serre, mais a tendance à être le plus vulnérable à ses conséquences. Ce changement climatique est une menace pour la survie de l’homme en Afrique, ” a déclaré M. Emmerson Mnangagwa D., le Vice -Président du Zimbabwe, lors de l’ouverture de la 5ème Conférence sur le Changement Climatique et Développement en Afrique, qui s’est déroulée à Victoria Falls.
M. Mnangagwa souligné que l’Afrique a un grand enjeu lors des prochaines négociations COP21 à Paris et à l’adaptation au changement climatique car elle sera la région la plus touchée par l’impact de ce changement.

“L’Afrique est aux prises avec des sécheresses périodiques dues au changement climatique. L’Afrique a le plus grand intérêt dans un cadre de gouvernance du changement climatique », Il a souligné et a noté que “COP21 représente une chance unique pour l’Afrique de s’affirmer dans la gouvernance climatique mondiale “.
Mme. Fatima Denton, la Directrice de la Division des Initiatives Spéciales à la Commission Economique pour l’Afrique, en vertu de laquelle le Centre Africain des Politiques Climatiques s’inscrit, a réitéré l’importance des négociations à venir pour le continent.

«Les enjeux pour l’Afrique à COP21 sont élevés, l’Afrique sera à l’extrémité de réception de l’impact du changement climatique. Nous devons comprendre le risque » , dit-elle à plus de 400 délégués à la conférence qui réunissait des Ministres du Zimbabwe, de la Zambie , de la Gambie, des représentants de la Commission de l’Union Africaine, la Banque Africaine de Développement et des Agences des Nations Unies et des Membres du Corps Diplomatique.
Mme Denton a rappelé aux délégués l’importance de l’article 2 de la Convention : un article que nous avons oublié. « “A Paris, nous demandons que le principe sacré de la responsabilité commune mais partagée doit être considéré comme point important ».

La responsabilité du changement incombe à tout le monde, estime Mme Denton. «Faisons-nous assez pour arrêter l’hémorragie actuelle des ressources de la terre? Sommes-nous en mesure de reconstituer, de régénérer nos sols pour assurer que les personnes les plus dépendants de notre capital naturel ne se trouvent pas tenus dans un cul-de- sac qui ne porte pas de panneaux ?
L’Afrique dépend largement de sa production agricole pluviale. Toutefois, le continent est confronté à des difficultés pour répondre aux défis tels que le “rythme alarmant de la dégradation de nos ressources en eau, des sols, des systèmes alimentaires, des terres, des forêts et de l’air et les précipitations et les températures dont nous dépendons pour soutenir notre peuple “, a déclaré Mme Denton.

” Aujourd’hui est à propos de ce que l’Afrique peut faire pour elle-même et avec les autres pour être en mesure d’agir comme le principal pourvoyeur de services de développement résistant au changement climatique”. Mme Denton a affirmé que l’Afrique est assez confiante pour dire au reste du monde qu’elle « n’a plus la licence pour émettre en notre nom et que nous sommes prêts à investir dans le développement intelligent en utilisant notre espace atmosphérique actuelle pour rendre nos économies vertes et pour construire des infrastructures résistantes au changement climatique “.

Des institutions telles que la Banque Africaine de Développement “ont accru leur soutien aux pays africains pour renforcer la résilience au changement climatique et pour financer l’économie verte depuis que l’architecture de la finance mondiale ne fournit pas les finances dont l’Afrique a besoin »a déclaré Mme Mary Manneko Monyau, la représentante de la BAD au Zimbabwe.
Mme. Denton a rappelé que cette 5ème Conférence sur le Changement Climatique et le Développement en Afrique est de notre sécurité collective, ce que nous pouvons faire aujourd’hui pour que personne ne soit laissé pour compte, la solidarité mondiale et aborder notre responsabilité collective.
” Les risques climatiques auxquels nous sommes confrontés sont réelles, mais les possibilités de changement et de conception d’un nouveau modèle d’affaires climatiques sont immenses », a conclu Mme Denton.

La 5e Conférence sur le Changement Climatique et le Développement en Afrique intitulée «La révision de l’article 2 de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques” dont le thème principal est «l’Afrique, le changement climatique et le développement durable: ce qui est en jeu à Paris et au-delà ? » s’est tenue du 28 au 30 octobre 2015.

Publié par:
La Section des communications extérieures et des relations avec les médias
Commission économique pour l’Afrique
BP 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél. +251 11 551 5826
Adresse électronique : ecainfo@uneca.org

Comments

comments