congo

L’envoyé spécial des Etats-Unis pour la région des Grands Lacs, Russ Feingold, a appelé, le 5 juin, les autorités congolaises à organiser un scrutin présidentiel en 2016 conformément aux dispositions de la Constitution.

M. Feingold a rappelé que le calendrier publié par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) n’est pas satisfaisant, car il fait l’impasse sur les élections législatives et présidentielle, lesquelles doivent pourtant se tenir en 2016, selon la Constitution. «Le calendrier des élections qui a été publié par la Ceni inclut des élections locales très onéreuses, mais n’inclut pas les élections plus fondamentales que sont les présidentielles. Mon conseil est que ça devrait se passer dans l’autre sens», a-t-il déclaré.

«Organiser en premier lieu des élections très coûteuses qui ne sont pas exigées par la Constitution, et dire ensuite qu’il n’y a pas assez de fonds pour organiser les élections qui, elles, sont exigées par la Constitution, ce n’est pas une approche très crédible», a-t-il poursuivi. L’envoyé spécial des Etats-Unis est même allé jusqu’à conditionner l’aide financière américaine pour organiser ces élections à la tenue d’une présidentielle en 2016.

«Si la Ceni et le gouvernement s’engagent à tenir les élections dans le délai prévu par la Constitution, je suis sûr que les ressources combinées de la RDC et de la communauté internationale seront suffisantes pour organiser ces élections. Et vous savez que lorsque je suis venu avec mon secrétaire d’Etat, il y a un mois, il avait déjà annoncé que des fonds supplémentaires des Etats-Unis seraient débloqués pour les élections. Mais pour nous, pour pouvoir donner cet argent et aider la RDC, la condition est qu’un calendrier global soit rendu public et que la Constitution soit respectée», a martelé Russ Feingold.

Les principaux partis d’opposition en République démocratique du Congo avaient rejeté le calendrier publié par la Commission électorale et exigé la tenue de la présidentielle en 2016. En cas de refus de l’élaboration d’un nouveau calendrier électoral «consensuel», ils menacent de retirer leurs délégués de la commission électorale et de mobiliser la rue.

L’opposition craint que la décision de la Commission électorale d’organiser d’abord les locales et les municipales en 2015 provoque un retard de l’ensemble du calendrier électoral.

Africpost via Agence Ecofin

Comments

comments