onu

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) s’est inquiété mardi de l’utilisation croissante de femmes et d’enfants comme kamikazes dans le nord-est du Nigéria depuis le début de cette année.

En 2014, 26 attentats suicides ont été enregistrés, contre 27 attaques depuis le début de 2015. Dans au moins trois-quarts de ces attaques, des femmes et des enfants auraient été utilisés pour commettre les attentats, selon les données récoltées par l’UNICEF.

« Les enfants ne sont pas à l’origine de ces attentats-suicides. Ils sont utilisés intentionnellement par les adultes de la manière la plus horrible », a dénoncé la Représentante de l’UNICEF au Nigéria, Jean Gough. « Ils sont d’abord des victimes ».

La fréquence et l’intensité des attaques suicides impliquant des femmes et des filles ont fortement augmenté cette année. Des filles et des femmes ont été utilisées pour faire exploser des bombes ou des ceintures d’explosifs à des endroits très fréquentés, comme des marchés et des gares routières.

Depuis juillet 2014, neuf attaques suicides impliquant des enfants âgés entre 7 et 17 ans – toutes des filles – ont été signalées.

L’UNICEF estime que 743.000 enfants ont été déracinés par le conflit dans les trois États les plus touchés par les affrontements au Nigéria. Le nombre d’enfants non accompagnés et séparés pourrait approcher 10.000, selon les estimations de l’UNICEF.

« Beaucoup d’enfants ont été séparés de leurs familles quand ils ont fui la violence, sans personne pour prendre soin d’eux », a souligné Mme Gough. « Sans la protection de leurs familles, ces enfants courent davantage de risque d’être exploités par des adultes ».

L’UNICEF est préoccupé par le fait que l’utilisation croissante d’enfants comme kamikazes puisse conduire à percevoir les enfants comme des menaces potentielles.

L’agence onusienne et ses partenaires travaillent avec les autorités du Nigéria afin de réduire la vulnérabilité des enfants en identifiant ceux qui sont sans parents ou famille proche et en leur fournissant des soins appropriés.

ONU

Comments

comments

Loading...