0,,18584106_303,00C´est la fin du Ramadan dans de nombreux pays musulmans. Une fête célébrée dans la joie. Mais dans le Nord du Nigeria, les difficultés économiques font que les petits copains mettent fin à leurs relations amoureuses.

Dans le monde musulman, la fin du Ramadan est l’une des célébrations festives les plus importantes. Pendant le mois de jeûne, le musulman implore la grâce divine, pour des jours encore meilleurs. Or, dans le Nord du Nigeria, cette grâce divine semble s’éloigner des populations. Les attaques terroristes de Boko Haram sont presque quotidiennes et la situation économique ne cesse de se dégrader. Dans ces conditions, de nombreux nigerians du nord préfèrent abandonner leurs petites copines pour économiser le peu d’argent qu’ils gagnent. Maimunatu Mohammed, explique comment ses trois prétendants l’ont quitté, la veille de la fête.

« Ils m’ont demandé les cadeaux qu’ils pourraient m’acheter pour la fête. Je leur ai expliqué qu’ils pourraient m’offrir des chaussures, des vêtements, de l’argent pour me faire tresser les cheveux et me donner de l’argent de poche. Le lendemain, ils ont disparu à cause de ce que j’ai dit.»

Maimunatu est vexée par le comportement de ses trois amants, dans une société dominée par l’islam. Mais au-delà des considérations religieuses, c’est plutôt la crise économique qui fait fuir les jeunes gens. Ce jeune nigérian par exemple, qui a préféré s’exprimer sous anonymat, raconte.

« C’est à cause de ma situation financière. Normalement, on dépense de l’argent qu’on a sur soi pour la fête. Mais pour le moment, je n’ai pas d’argent, donc je dois éviter mes copines jusqu’après la fête. J’ai presque 4 ou 5 copines et je suis obligé de dépenser 10 mille nairas pour chacune. Au total, cela fait 50 mille nairas. Comment puis-je trouver 50.000 avec la situation économique que traverse le pays ? »

Depuis plusieurs années, l’économie nigériane ne cesse de stagner. L’exploitation du pétrole ne profite pas, non plus, aux régions du nord et les Nigérians qui y vivent ont moins d’argent pour faire face aux dépenses liées aux relations amoureuses. Une mauvaise affaire pour les commerçants, couturiers et autres bijoutiers de la région.

Gwendolin Hilse/ Bob Barry/FQ

Comments

comments

Loading...