nigeriabhBoko Haram a mené un nouveau raid meurtrier dans le nord-est du pays. Ce raid survenu mercredi a fait au moins cent morts. Et c’est dans ces conditions que le président Goodluck Jonathan a entamé sa campagne électorale.

Seize localités situées le long des rives du Lac Tchad ont été rasées par le raid de la secte islamiste. La ville stratégique de Baga, dont les islamistes avaient déjà pris le contrôle le weekend dernier, fait partie des localités touchées. La prise de cette localité revêt aussi une importance symbolique. Il s’agit de la base de la Force multinationale censée regrouper des soldats nigérians, nigériens et tchadiens dans la lutte contre Boko Haram. Mais au moment de l’attaque, seules les troupes nigérianes se trouvaient sur place.

Un échec cuisant donc pour l’armée nigériane et son président Goodluck Jonathan qui brigue un second mandat. C’est l’analyse de Hussaini Mongunu, expert en sécurité et ancien officier nigérian :

“L’armée nigériane et son commandant en chef, le président Goodluck Jonathan, ont complètement perdu leur réputation – même devant le monde entier. Parce qu’ils jouent à un jeu politique très peu professionnel avec la vie des gens. Ce n’est pas l’armée nigériane que nous connaissions. Elle a totalement changé. Par conséquent, cette armée doit complètement rester en dehors de la vie politique en vue de réhabiliter son image. Je suis désolé, mais en ce moment elle a totalement ruiné sa réputation.”

La campagne bat son plein

Lors de son premier meeting de campagne à Lagos, le président Goodluck Jonathan a rejeté la faute de l’incompétence de l’armée sur ces prédécesseurs qui selon lui, ne l’avaient pas équipée. Son principal rival, le candidat du Congrès progressiste, principal parti d’opposition, Muhammadu Buhari, a de son côté, promis de faire de la lutte contre Boko Haram sa priorité. Ce musulman du nord est connu pour avoir mené une guerre particulièrement musclée contre l’indiscipline au Nigeria pendant ses 20 mois à la tête d’une junte militaire dans les années 1980.

 

 Auteur: Tiassou, Kossivi

Comments

comments

Loading...