rim

Mohamed Fall Oumère – «Une étape essentielle» a dit Mma Gulnara Shahinian, rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les formes modernes de l’esclavage. C’est bien elle qui avait annoncé l’adoption par le gouvernement mauritanien, dans sa réunion du 6 mars, de la feuille de route sur l’éradication de l’esclavage et de ses séquelles. C’est aussi elle qui a supervisé la conclusion des discussions autour de la feuille de route.

«Je vois le 6 mars comme un tournant dans la lutte contre l’esclavage en Mauritanie», a déclaré Mme Shahinian qui a considéré que «l’adoption formelle de la feuille de route pour la mise en œuvre» des recommandations faites en 2010, «est non seulement symbolique, mais marque une nouvelle étape dans les efforts pour éradiquer l’esclavage et ses restes une fois pour toutes».

Avant de se dire «confiante que le gouvernement, en étroite coopération avec la société civile, va déployer tous les efforts nécessaires pour mettre pleinement en œuvre la feuille de route afin que ses engagements résultent dans des changements concrets dans la pratique».

Le document comporte 29 points qui proposent un traitement global et multisectoriel. Selon les révélations du ministre de la justice, Sidi Ould Zeine, dans les cas de flagrance, les maîtres seront obligés de verser une compensation financière. Les esclaves ainsi libérés pourront bénéficier de programmes spécifiques pour les sortir de la misère et leur donner les moyens de se libérer mentalement et matériellement.

La feuille de route donne «une définition précise de l’esclavage, qui oblige les criminels à accorder des compensations financières aux victimes et accorde à ces dernières l’assistance judiciaire en cas de besoin», a déclaré le ministre lors de son intervention à l’issue du Conseil des ministres.

Mme Shahinian semble satisfaite de l’aspect traitement judiciaire de la pratique : «Le Tribunal spécial pour crime d’esclavage annoncé en décembre, va être mis en place. Et, point très important, les juges bénéficieront d’une formation spécifique. Deuxièmement, le rôle des ONG a été renforcé. Les ONG et les avocats indépendants peuvent désormais se porter partie civile. Ce sont là des éléments cruciaux pour que les victimes aient accès à la justice».

Il faut rappeler que Mme Shahinian doit présenter son rapport sur la Mauritanie en septembre prochain devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Publié par Mohamed Fall Oumeir

CRIDEM

Comments

comments