Des idéologies se piétinent où les passions sont capitaines. Des sensibilités passionnées et dangereuses envahissent nos «Agoras »,conditionnent les esprits et créent une nouvelle composante sociale méfiante, intolérante et violente. L’extrémisme politique manipule des sensibilités, surfent sur les peurs et s’éloigne de toute humanité. Il trahit le sens et l’essence de la politique. La politique est un art. Un art de convaincre et de gouverner. La politique est un océan de concession ou ses vagues rassemblent des contradictions et les «apaisent».

Hitler avait son monde. Un monde imaginaire qui s’en-prenait aux faibles, aux innocents et aux minorités. Un monde où l’idéologie suprématiste était une religion d’État et une des manières d’exister. Son monde était une perception floue de notre monde. Son idéologie à fait des victimes, laissant des orphelins, des rancuniers, des adeptes et des milliers d’autres Hitler qui massacrent, violent, exploitent, répriment d’autres innocents, faibles et minorités.

L’extrémisme n’est pas uniquement politique. Il est social et culturel. Sa radicalité est profonde. Il empêche les justes d’être plus justes, terrorisent ceux qui produisent pour ceux qui en ont pas la capacité, empêche des cerveaux de fonctionner et fait régner une atmosphère de haine, de mépris et de rejet de l’autre. Le massacre des Yazidis en Iraq, le génocide des musulmans en Birmanie, le lynchage des peuls ( musulmans) en Centrafrique, l’apartheid Sud-africain, l’esclavage des Haratins et les discriminations des Noirs en Mauritanie…

Notre monde est confronté à une époque sombre. Une époque où les puissants exploitent les faibles, où les peuples se méfient les uns des autres et où les États se battent pour le monopole de notre monde. Des guerres civiles au Moyen-Orient, l’élection de Donald Trump aux États-Unis, les caprices de Kim Jong Un, la montée des fascistes dans toute l’Europe menace la paix mondiale. Cette menace est soutenue par des bras de fer entre États (Russie-Etats-Unis-Corée du Nord) et la colonisation israélienne en Palestine que les grandes puissances économiques et militaires soutiennent.

En passant par Hitler, l’apartheid Sud-africain, le massacre des innocents et la montée des fascistes, je vois en la Mauritanie une combinaison de tous ces faits. L’histoire de la Mauritanie est souillée de sang, des idéologies extrémistes nauséabondes et des Hitler, des Mussolini, des Franco avec des méthodes différentes. Notre histoire est celle de l’esclavage, de discrimination et de violence. Le massacre des Noirs à la fin des années quatre vingt est un Holocauste en miniature et un apartheid dans ses atrocités. Un apartheid qui à commencé des siècles durant et qui continue de faire des victimes. L’esclavage, le racisme et la discrimination sont des réalités. Des réalités qui s’imposent à nous et qui nous interpellent. Ces réalités imposantes sont les reflets que renvoient la Mauritanie à l’humanité. Combattre les oppresseurs c’est permettre aux opprimés de vivre, de goûter aux délicieux jus de la vie, d’accéder à l’emploi, d’être libres physiquement et spirituellement.

La Mauritanie vit une dictature et à sa tête un extrémiste. Un homme aux pensées sombres, dangereuses pour l’Unité de notre pays et pour une cohabitation apaisée entre les communautés. Il divise le peuple, condamne des opposants politiques, soutient des esclavagistes, réprime des marches populaires, généralise la corruption, nie la citoyenneté des noirs mauritaniens et instaure un climat d’insécurité et de tension. Ould Abdel est le premier ennemi de la Nation. Notre Nation est fracturée par des oppositions et des rivalités. Des rivalités entre des communautés conditionnées à se détester et des régions hostiles l’une envers l’autre. Ould Abdel soutient ces rivalités, monte les citoyens les uns contre les autres. Il prend le pays en otage, terrorise les représentants du peuple et bloque nos institutions. Un État avec des institutions fragiles et instables est un État faible dont l’avenir est incertain. Combattre le pouvoir c’est sauver notre Nation, solidifier notre démocratie et continuer à rêver pour une Mauritanie harmonieuse et réconciliée avec ses enfants.

La Mauritanie se cherche. Elle se cherche à travers nos luttes. Elle se cherche dans ce tourbillon d’incertitudes, d’injustice et de violence. Elle se cherche dans ses idéologies nauséabondes qui fragilisent et divisent le peuple. Elle s’identifie dans nos luttes, prends place dans nos idéologies humanistes et prépare à nous accueillir. Elle nous soutient. Elle nous encourage à ne pas la laisser sombrer dans le chaos, dans l’anarchie, dans la corruption, dans le népotisme et dans la tyrannie.

Kide Baba Gallé

Comments

comments