photo archive pour ilustration: Des migrants portent le cadavre d’un jeune Camerounais tué en décembre 2013 lors d’une opération de police à Tanger (Photo Tanger24)

Le Maroc a une nouvelle fois été le théâtre d’une bataille rangée entre autochtones et immigrés venus de l’Afrique subsaharienne, dans la nuit de vendredi à samedi. La rixe qui s’est déroulée à dans un quartier de Tanger a fait trois morts, deux Camerounais et un Sénégalais, et plusieurs autres blessés.

Une bataille rangée d’une rare violence a eu lieu la nuit dernière dans un quartier de Tanger, au Maroc. Elle a opposé de jeunes autochtones, plus nombreux, à des Africains venus du Sud du Sahara, et qui seraient des candidats à l’immigration vers l’Europe, selon un site marocain. Selon la même source, tout serait partie d’un différend entre deux personnes, l’une côté marocain, l’autre côté noir africain. La source ne précise tout de même pas la nature du différend. Toujours est-il que cette bataille isolée ne tardera pas à se transformer en bataille rangée, chaque camp défendant son ami. La rixe qui aurait duré de longues heures s’est soldée d’un bilan macabre, côté candidats à l’immigration. Trois personnes, deux Camerounais et un Sénégalais, ont ainsi trouvé la mort de façon atroce, annonce RFM, une radio sénégalaise. Une dizaine d’autres personnes ont également été gravement blessées.
« Les Marocains étaient majoritaires, la bagarre a tourné au vinaigre. Les deux Camerounais sont décédés au cours de leur évacuation à l’hôpital alors que le Sénégalais est décédé sur place. Les Marocains étaient armés de couteaux. La police, à son arrivée, a dispersé la foule avant d’amener la dépouille », a déclaré un témoin interrogé par la radio.

« Curieusement, pendant les sept tours d’horloge qu’a duré la bataille, aucune force militaire, policière ni la gendarmerie n’a été aperçue. Et pourtant, non loin de là, se logent les services de la police (…) les voyous ont réussi à se fondre dans la foule après leur forfait sans être inquiétés », précise un autre témoin interrogé par le site IGFM, appartenant au même groupe de presse sénégalais que la radio sus- citée.

Les médias font régulièrement état de bagarres sanglants au Maroc, entre des habitants de ce pays et des noirs africains en transit vers l’Espagne. De même, les rafles avec arrestations brutales alimentent souvent les chroniques sur cette route de l’Europe. On se souvient notamment qu’en décembre 2013, un migrant camerounais avait déjà trouvé la mort lors d’une descente de police dans un immeuble à Tanger. 

 

Cheikh SARR/Afrique Connection

Comments

comments

Loading...