02-27-2015Violence_Children25 septembre 2015 – Après que le Président du Malawi, Peter Mutharika, a lancé lundi un appel à l’aide à la communauté internationale, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) s’est dit vendredi prêt à répondre à la pire crise alimentaire dans ce pays en une décennie.

Selon les derniers chiffres du Comité d’évaluation des vulnérabilités du Malawi (MVAC), plus de 2,8 millions de personnes seront confrontées à la faim lors de la prochaine période de soudure d’octobre à mars, à la suite de graves inondations et de la sécheresse qui ont ruiné la récolte de cette année.

D’après le Comité, les inondations au début de cette année ont été les pires dans l’histoire du Malawi, ayant détruit des maisons et des stocks de nourriture, et ravagé des terres fertiles. Certaines cultures qui avaient réussi à résister aux inondations ont succombé durant la sécheresse intense lors des mois qui ont suivi.

Selon le PAM, la nourriture et les transferts d’argent sont la priorité pour sauver des vies et empêcher la famine. L’agence onusienne a également jugé crucial de garantir les progrès réalisés dans des domaines tels que la santé, l’éducation et l’environnement.

Le PAM a salué le gouvernement du Malawi pour avoir fourni 26.600 tonnes de maïs issues des réserves céréalières stratégiques. «Nous saluons l’engagement du gouvernement et des partenaires de développement à un moment où les besoins mondiaux sont en augmentation. Nous apprécions le soutien rapide de certains, surtout les États-Unis et l’Italie, afin de garantir que les personnes les plus vulnérables au Malawi reçoivent l’assistance dont elles ont besoin », a dit la Représentante du PAM, Coco Ushiyama.

Depuis la fin de l’année dernière, le PAM a fourni une aide d’urgence pour éviter la faim dans les ménages affectés par l’insuffisance des précipitations en 2013 et 2014 et par les inondations au début de 2015. Cette opération a déjà atteint plus d’un million de personnes vulnérables, selon les chiffres du PAM.

Cependant le PAM, qui est entièrement financé par des contributions volontaires de gouvernements, d’entreprises et de particuliers, n’a reçu que moins de 25% des fonds nécessaires pour mener cette opération humanitaire. Environ 81 millions de dollars sont encore nécessaires pour répondre aux besoins des plus vulnérables d’octobre 2015 à mars 2016.

«Des contributions supplémentaires sont nécessaires de toute urgence », a dit Mme Ushiyama. « Nous avons une boîte à outils innovante pour répondre à cette crise, y compris la nourriture et les transferts d’argent liquide ».

 

Africpost

 

Comments

comments

Loading...