Peter-Mutharika-Malawi-Voice-730x365L’ancien ministre des Affaires étrangères Peter Mutharika a remporté l’élection présidentielle du 20 mai au Malawi, avec 36,4% des voix, a annoncé vendredi la commission électorale. Le frère de l’ancien président Bingu wa Mutharika, décédé en 2012, devance le candidat du parti de l’ancien dictateur Kamazu Banda, Lazarus Chakwera, qui obtient 27,8%. La présidente sortante, Joyce Banda, est troisième avec 20,2% des suffrages. Le taux de participation a atteint 70,8%.

«La loi nous oblige à publier ces résultats», a relevé le président de la commission électorale Maxon Mbendera, notant que certains de ses membres avaient émis des«réserves», mais que tous ont signé le procès verbal. Le scrutin et le dépouillement ont été particulièrement chaotiques. La commission électorale elle-même a constaté des irrégularités dans certains bureaux de vote, où on a compté plus de bulletins que d’inscrits. Les résultats ont été proclamés vendredi soir au terme d’une épique bataille juridique, la Haute Cour du Malawi ayant donné moins de deux heures à la commission électorale pour le faire. Dans un jugement alambiqué rendu à plus de 22h00, elle a autorisé la commission à recompter les bulletins comme elle en avait l’intention, mais a rappelé que la loi exigeait que les résultats soient publiés dans les huit jours après la fin des opérations de vote.

Le scrutin du 20 mai s’était poursuivi dans certains endroits jusqu’au 22 en raison de graves problèmes d’organisation. Les huit jours légaux s’achevaient donc vendredi soir à minuit. «La loi est claire, il n’y a pas de prolongation» possible du délai pour recompter les résultats, a déclaré le juge Kenyatta Nyirenda. La commission électorale avait annoncé en début de semaine qu’elle se donnerait un mois pour recompter les bulletins et se pencher sur les nombreuses réclamations, à l’appel de la présidente Joyce Banda, qui avait tenté d’annuler –en vain– un scrutin qu’elle juge entaché de fraudes massives, et de Lazarus Chakwera, arrivé deuxième. Mais les partisans de Peter Mutharika avaient saisi la Haute Cour pour exiger la publication immédiate des résultats.

Le président de la commission électorale Maxon Mbendera a indiqué vendredi que les partis ou individus qui veulent les contester ont sept jours pour le faire. La proclamation des résultats des élections législatives et municipales, couplées avec la présidentielle, a été retardée de 72 heures, le temps d’examiner toutes les réclamations.

Africpost via AFP

Comments

comments

Loading...