MadagascarAprès plusieurs semaines de suspense, le Mapar, parti d’Andry Rajoelina majoritaire à l’Assemblée nationale malgache, a proposé le 24 février un candidat au poste de Premier ministre. Il s’agit de Haja André Resampa (photo), ancien proche collaborateur de l’ex président de transition Andry Rajoelina, qui a renoncé à briguer à briguer le poste de chef du gouvernement. «Nous sommes ravis de vous annoncer que nous proposons au poste de Premier ministre Haja André Resampa», a déclaré Jean de Dieu Maharanté, coordonnateur national du Mapar.

M. Resampa, 43 ans, était secrétaire général à la présidence durant les années de règne de M. Rajoelina (mars 2009 à janvier 2014), qui a pris le pouvoir grâce à un coup d’Etat mené contre le président Marc Ravalomanana.  Il a été aussi notamment président du Conseil d’Administration de la société eaux et électricité de Madagascar (Jirama), enseignant et chercheur.

Dans un avis publié le 17 février, la Haute Cour constitutionnelle avait confirmé qu’il revenait aux députés du camp Rajoelina de choisir le nouveau premier ministre: «La présentation du Premier ministre revient au parti ou groupe de partis légalement constitué lors du dépôt des candidatures et ayant obtenu le plus grand nombre de députés aux élections législatives».

Le président de la République issu des élections du 20 décembre, Hery Rajaorimampianina, «devra nommer le Premier ministre formellement présenté par les députés issus du parti majoritaire», selon l’avis de la Haute Cour.

Le camp Rajoelina a déjà obtenu la présidence de l’Assemblée nationale. Une ancienne ministre de la justice et proche de Rajoelina, Christine Razanamahasoa, a été élue par 77 députés sur 147, contre 69 voix au candidat de la mouvance Ravalomanana, Jean Max Rakotomamonjy.

Malgré le soutien dont il a bénéficié de la part du camp de M. Rajoelina durant le second tour de la présidentielle du 20 décembre, le nouveau président élu s’est engagé dans une politique de réconciliation nationale, tendant la main à l’ex-président déchu Marc Ravalomanana.

Selon les observateurs, cette politique de réconciliation nationale est difficilement conciliable avec le monopole du camp Rajoelina sur tous les postes clés dans l’appareil de l’Etat.

Agence Ecofin

Comments

comments

Loading...