onu

De plus en plus préoccupés par le sort des migrants et des réfugiés bloqués sur des bateaux en Asie du Sud-Est, deux hauts responsables des Nations Unies se sont entretenus avec les dirigeants de la région au cours des derniers jours pour tenter de trouver une issue à la crise.

Plusieurs milliers de personnes se trouveraient actuellement bloquées en mer d’Andaman et dans le détroit de Malacca sur des bateaux de passeurs, probablement abandonnés par leurs équipages dans un contexte de répression gouvernementale contre les trafiquants de migrants en Asie du Sud-Est.

Au cours des derniers jours, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s’est entretenu de la situation avec les Premiers ministres de la Malaisie, Dato ‘Sri Mohd Najib bin Tun Haji Abdul Razak, et de la Thaïlande, Prayuth Chan-ocha, a déclaré dimanche son porte-parole dans un communiqué de presse.

Le Vice-Secrétaire général de l’Organisation, Jan Eliasson, a quant à lui pris contact avec le Ministre des affaires étrangères du Bangladesh, Abul Hasan Mahmood Ali, et le Vice-Ministre aux affaires multilatérales de l’Indonésie, Hasan Kleib, a précisé le porte-parole.

Dans leurs discussions avec les dirigeants de la région, les deux hauts responsables des Nations Unies ont réitéré la nécessité de protéger les vies des migrants et des réfugiés, en vertu des principes du droit international.

M. Ban et M. Eliasson ont par ailleurs insisté sur l’importance de « débarquer les migrants en temps opportun », tout en exhortant les dirigeants de la région à respecter « l’obligation de sauvetage en mer » et « l’interdiction de refoulement ».

En outre, le Secrétaire général et le Vice-Secrétaire général ont encouragé les dirigeants à participer à la réunion régionale qui devrait avoir lieu prochainement à Bangkok sur la situation des migrants.

Les deux hauts responsables de l’ONU ont émis le souhait que cette réunion donne lieu à « des résultats complets aux niveaux régional et international », et se sont dit prêts à soutenir tous les efforts entrepris pour remédier à la situation actuelle.

ONU

Comments

comments

Loading...