Lamido_SanusiL’agence de notation financière Standard & Poors (S&P) a estimé, dans un rapport publié le 11 février, que les problèmes de gouvernance et la croissance rapide des crédits risquent de peser sur les notes des banques nigérianes. «La croissance future du secteur bancaire nigérian dépendra largement d’un cadre réglementaire cohérent, conjugué à une stabilité politique et institutionnelle. Or, il existe un risque de voir l’élan des réformes règlementaires déjà lancées ralentir après le changement prévu cette année à la tête de la Banque Centrale du Nigeria», a déclaré Samira Mensah, analyste de crédit de S&SP, cité dans le rapport.

Durant son mandat de cinq ans qui s’achève en juin 2014, le puissant gouverneur de la Banque Centrale du Nigeria, Lamido Sanusi (photo), n’a pas hésité à limoger des dirigeants de banques locales accusés d’avoir favorisé l’octroi de prêts sans garantie à des personnalités liées au pouvoir politique, sauvant ainsi une dizaine d’établissements qui étaient très proches du dépôt de bilan.

M. Sanusi, dont les relations avec le président nigérian Goodluck Jonathan seraient très tendues selon la presse nigériane, a affirmé en janvier dernier que le principal défi de son successeur sera de maintenir l’indépendance de la banque centrale du Nigeria. Dans ce cadre, S&P estime qu’une montée des pressions politiques sur le successeur de Lamido Sanusi pourrait affecter la croissance des banques et la qualité de leurs portefeuilles.

L’agence de notation prévoit, par ailleurs, que le volume des prêts  qui seront servis par le secteur bancaire nigérian à l’économie en 2014 devrait augmenter de 30% par rapport à 2013.«Alors que la croissance de l’économie continuera à booster le volume des crédits, il y a plus de risques d’abaissement que de révision à la hausse des notes des banques  nigérianes en 2014», conclut S&P.

Agence Ecofin

Comments

comments

Loading...