MackySLe Sénégal a obtenu des engagements financiers d’une valeur d’environ 7,8 milliards de dollars lors du «Groupe consultatif 2014 pour le Sénégal», une table ronde durant laquelle les bailleurs de fonds et les investisseurs internationaux ont été sollicités pour financer un plan de développement visant à doubler le taux de croissance de l’économie nationale. Cette conférence marquée par la présence du président sénégalais Macky Sall s’est ouverte le 24 février à Paris.

Initialement prévue fin octobre 2013, elle a été repoussée de quatre mois afin d’affiner le Plan Sénégal Emergent (PSE), élaboré par le cabinet international McKinsey, qui a été présenté à cette occasion. Ce plan de développement vise à permettre au Sénégal de réaliser une croissance économique d’au moins 7 % à l’horizon 2018, contre 4,6 % actuellement. Il doit aussi aider ce pays d’Afrique de l’Ouest à atteindre le statut de pays émergent en 2035.

Le Sénégal est l’une des démocraties les plus stables en Afrique de l’Ouest. Le président, Macky Sall, a été notamment félicité pour les mesures anti-corruption qu’il a mises œuvre depuis son élection en 2012. Mais le gouvernement sénégalais est sous pression pour créer plus d’emplois et diversifier l’économie à l’heure où la position de Sénégal comme hub régional en Afrique de l’Ouest est de plus en plus contestée par la Côte-d’Ivoire, qui connaît une forte croissance économique depuis la fin de la guerre civile.

Le PSE tablait au départ sur la mobilisation de près de 2970 milliards de FCFA (6,3 milliards de dollars environ) lors du Groupe consultatif 2014 pour le Sénégal qui se poursuit le mardi 25 février, avec une rencontre entre les représentants du gouvernement et les investisseurs privés. Mais le pays a finalement récolté un montant supérieur à celui attendu. «Cela montre que le Sénégal a gagné la confiance des bailleurs de fonds, mais cela signifie que nous n’avons pas le droit de trahir cette confiance», a déclaré le président Macky Sall à la presse dans la soirée du lundi 24 février.

Le PSE vise à stimuler les secteurs de l’agriculture, de la pêche, de l’agro-industrie, de l’exploitation minière et du tourisme. Le gouvernement espère également faire du Sénégal un hub logistique dans la région de l’Afrique de l’Ouest, un marché de quelque 300 millions de consommateurs. «Environ 46% des financements sont destinés aux infrastructures, et nous allons d’abord nous concentrer 27 ou 28 projets», a déclaré M. Sall, soulignant l’intérêt particulier de la Banque mondiale, l’Agence française de développement, la Banque islamique de développement et la Chine pour financer des projets de construction de chemins de fer.

Agence Ecofin

Comments

comments

Loading...