cap

Le patrimoine des individus fortunés africains (high net worth individuals/ HNWI), a augmenté de 7,3% sur un an en 2013, pour s’établir à 130 milliards de dollars, selon une étude publiée le 18 juin par le cabinet de conseils Cap Gemini et le gestionnaire de fortune canadien RBC Wealth Management.

Le nombre des particuliers africains qui possèdent au moins un million de dollars investissable, en excluant notamment leurs résidences principales, voitures et objets de collection, a, quant à lui, augmenté l’an passé de 7,3% par rapport à 2012.D’ici 2016, la richesse des HNWI africains devrait augmenter de 6% par an, selon la même étude.

A l’échelle mondiale, la richesse des individus fortunés a affiché un bond significatif en 2013, grâce notamment à la reprise de l’économie et du marché boursier.

Le nombre de ces individus fortunés au niveau mondial a grimpé de 15%, affichant la plus forte progression depuis l’an 2000 si on exclut la reprise de l’après-crise de 2009, la hausse s’étant alors chiffrée à 17%. Le patrimoine des ces HNWI s’est également inscrit en hausse de 14%, atteignant un niveau record de 52 620 milliards de dollars, d’après cette 18ème édition de ce rapport publié chaque année.

Avec un 4,33 millions d’individus fortunés (+16% sur un an), l’Amérique du Nord a conservé sa place en tête de classement Toutefois l’écart avec l’Asie Pacifique s’est nettement réduit, cette région comptant désormais 4,32 millions de riches particuliers, en hausse de 17% par rapport à 2012. En Europe, le nombre des HNWI s’est, quant à lui, accru de 12% pour s’établir à 3,83 millions de personnes. En Amérique le nombre de millionnaires a, par ailleurs, enregistré une progression de 4%. Selon cette étude, les individus dont le patrimoine dépasse 30 millions de dollars ne représentent que 0,9% de l’échantillon mais concentrent à eux seuls 34,6% de la richesse. Les particuliers dont le patrimoine est compris entre 1 et 5 millions de dollars, représentent 90,1% du total, se partageant 43,1% du patrimoine investissable.

Agence Ecofin

Comments

comments

Loading...