L’Afrique est un «continent stratégique» pour le groupe Sanofi, selon Chris Viehbacher  Le directeur général du laboratoire pharmaceutique français Sanofi, Chris Viehbacher, a annoncé le 2 avril dans un entretien  accordé à l’agence Reuters, que son groupe considère l’Afrique comme «un continent stratégique».

«Nous  considérons l’Afrique comme un continent stratégique. Nous sommes déjà le groupe pharmaceutique qui dispose des ventes les plus élevées dans cette région », a-t-il déclaré, révélant que Sanofi a  réalisé en Afrique un chiffre d’affaires d’un peu plus d’un milliard d’euros en 2013. M. Viehbacher a également fait savoir que son groupe table sur une croissance à deux chiffres de ses ventes  sur le continent en 2014 et sur «une augmentation encore plus forte » durant les années suivantes.

Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK)  avait annoncé, le 31 mars, qu’il allait investir jusqu’à 130 millions de livres sterling (157 millions d’euros) durant les cinq prochaines années en Afrique, où les maladies chroniques deviennent plus fréquentes parmi les classes moyennes urbaines du continent.

En réponse à cette offensive de GSK en Afrique, le directeur général de Sanofi a affirmé que son groupe n’est pas parmi les derniers arrivés en Afrique.  «Nous, nous avons regardé l’Afrique comme un continent stratégique depuis très longtemps. C’est bien que d’autres sociétés découvrent l’Afrique, mais Sanofi y est déjà le premier laboratoire depuis très longtemps», a souligné Chris Viehbacher, rappelant que  Sanofi avait investi dans des usines en Algérie, au Maroc et en Afrique du Sud notamment.

L’Afrique est de plus en plus considérée par les groupes pharmaceutiques comme un relais de croissance prometteur face aux incertitudes entourant les marchés émergents comme la Chine, le Brésil ou la Russie.

M. Viehbacher a, par ailleurs, révélé que Sanofi est à l’affût d’acquisitions pour continuer à se renforcer sur ses plates-formes de croissance comme la santé grand public ou la santé animale. «Notre première préférence, c’est d’investir dans la croissance de l’entreprise ; ça suppose qu’on trouve des acquisitions qui apportent une valeur», a-t-il dit en marge d’une conférence à l’institut Pasteur consacrée aux maladies tropicales négligées en Afrique.

Interrogé sur ces cibles potentielles, Chris Viehbacher s’est borné à répondre : «On ne peut jamais faire de commentaire sur des cibles. Clairement, nous avons des plates-formes de croissance qui sont la santé animale, la santé grand public. Si on peut se renforcer tout en créant une certaine valeur pour nos actionnaires, on va le faire».

Agence Ecofin

Comments

comments

Loading...