sakho

“On disparaît quand on n’arrive pas à relever les défis” Théophile Obenga

De 2000 à 2008, la population en âge de travailler (15-64 ans) en Afrique est passée de 443 millions à 550 millions, soit une hausse de 25%. Sur une année, cela équivaut aussi à une augmentation de 13 millions, soit 2,7% (Banque mondiale, 2011). Si cette tendance se poursuit, la main-d’œuvre du continent sera d’un milliard de personnes en 2040. Ce sera la plus nombreuse au monde, dépassant celle de la Chine et de l’Inde (McKinsey, 2010).

D’après les tendances actuelles, en 2030, ce sont 59% des 20-24 ans qui  auront reçu un enseignement secondaire, contre 42% actuellement. Si l’Afrique ne parvient pas à créer des opportunités économiques et d’emplois suffisants pour offrir des conditions de vie décentes à cette catégorie de la population, cette tendance peut aussi induire un risque non négligeable et menacer la cohésion sociale et la stabilité politique.

Le continent est riche. La plupart des Etats qui ont connu les guerres ont le diamant, la bauxite, l’or, le pétrole, l’eau et le soleil. Il affiche depuis une dizaine d’années, une croissance supérieure au taux mondial. Cependant de vastes pans de sa population, en particulier les jeunes, se sont retrouvés laissés-pour-compte et frustrés. Il faut obligatoirement réorienter l’agenda des pays africains vers une stratégie de croissance inclusive, créatrice d’emplois et durable.

Sans travail, avenir incertain, angoisse, désespoir, la jeunesse Africaine risque de développer avec le goût des armes et de la drogue, une culture de pillage, de gangstérisme et de barbarie. C’est toute la dynamique du renouveau du continent qui se joue.

 

Lansana Gagny Sakho
Consultant international
Experts Visions (Dakar)
Chief Executive Officer at Office des forages Ruraux (Gouvernement du Sénégal)

Comments

comments

Loading...