Souleymane SOKOME, Juriste-politologue sénégalais résidant en Allemagne 

Dans cet entretien accordé à Afrique Connection, Souleymane Sokome, juriste-politologue sénégalais résidant en Allemagne, analyse la réélection au Bundestag du premier député noir du pays, Karamba Diaby. Il s’est également exprimé sur l’intégration des Africains en Allemagne, ainsi que sur les raisons de la percée de l’extrême droite qui, avec 94 députés obtenus dimanche, sera présente au Parlement pour la première fois depuis 72 ans et la chute du régime nazi.

Quelle lecture faites-vous de la réélection au Parlement, dimanche dernier, du Germano-sénégalais Karamba Diaby, malgré une campagne agressive des néo-nazis contre sa candidature ? 

C´est une réélection qui honore toute la communauté africaine en Allemagne. Karamba Diaby en tant qu´homme politique issu de l´immigration a pu surmonter certains préjugés grâce á son engagement politique qui ne se limite pas seulement sur des sujets comme « l´intégration ». Il a fait un excellent travail lors de son premier mandat au Bundestag (2013-2017) surtout dans le domaine de l´éducation, la recherche, l´évaluation des retombées technologiques, les droits humains et l´aide humanitaire.

Monsieur Diaby incarne l´engagement d´un citoyen moderne au service de sa localité. En dehors de ces qualités humaines, il faut noter qu´il bénéficie d’un appui énorme des sociaux-démocrates allemands en l´occurrence le ministre des affaires étrangères, Sigmar Gabriel, qui s´est personnellement déplacé lors de la campagne électorale pour lui apporter un soutien indéfectible face aux injures et menaces de mort de l´extrême droite allemande. 

Ensuite, le fait qu´il soit placé á la troisième position sur la liste proportionnelle en tant que candidat direct des sociaux-démocrates dans sa circonscription a largement facilité sa réélection. Il fallait impérativement cette stratégie politique pour lui donner plus de chance et de crédibilité devant l´opinion publique allemande.

Karamba Diaby était-il le seul Allemand d’origine africaine à avoir été investi lors de ces élections Législatives?

Il est le seul député d´origine africaine qui siège présentement au Bundestag. L’acteur allemand d´origine sénégalaise, Charles Mohamed Huber (CDU) ainsi que Madame Pierrette Herzberger Fofana, également d’origine sénégalaise, militante des écologistes allemands, ne sont pas élus. Le premier, qui était au Bundestag lors de la 18é législature n´a pas été investi une deuxième fois par son parti (CDU), et Madame Fofana était placée á la 19é position de la liste régionale des Verts de la Bavière, ce qui minimise ses chances d´être élue. 

Les Allemands d´origine africaine se sentent-ils globalement acceptés par la société ?

Vous savez comme dans la plupart des pays européens, l´intégration des étrangers en l´occurrence les Africains pose beaucoup de problèmes et l´Allemagne n´est pas une exception. Certes, on note ces dernières années un nombre important de naturalisations mais l’évolution sur le plan social et professionnel est extrêmement difficile. Globalement, ils sont tolérés mais subissent beaucoup de préjugés qui encouragent les discriminations. Cependant, il faut bien dire que les Allemands, sont très différents d’une région à l’autre. La Bavière est une région très conservatrice. La capitale, Munich, est par contre très ouverte et cosmopolite, mais possède aussi un côté pittoresque et traditionaliste.

Dans la ville de Stuttgart, les Souabes sont plus fermés et moins faciles d’accès que les Bavarois. Dans les villes comme Francfort sur le Main, Berlin, Hambourg, Cologne, Bonn, Dortmund ou Düsseldorf, on trouve une population aussi très cosmopolite et une splendide région lacustre. Ces villes sont très vivantes et les étrangers sont de plus en plus acceptés.  

Quel est le degré d´implication en politique de ces Allemands d´origine africaine ?

L´implication en politique est relativement faible même si on note certains conseillers municipaux d´origine africaine issus pour la majorité des partis de gauche allemande (SPD, Verts, DIE LINKE). Ces partis politiques plus ouverts que ceux de droite (CDU-CSU-FDP) offrent certaines perspectives aux personnes issues de l´immigration. Ce taux faible d´implication politique s´explique par plusieurs facteurs : déficit linguistique, manque d´ouverture de la société allemande, problème de structuration au niveau des associations africaines, manque de solidarité entre africains etc… Autant de facteurs qui remettent en cause le désir fondamental de s´engager et d’exprimer ses opinions politiques. L´engagement politique de la première femme africaine en Allemagne date de 2005. Il s´agit de la Germano- sénégalaise Madame Pierrette Herzberger Fofana élue conseillère municipale de la ville de Erlangen en Baviére.

Comment expliquez-vous le retour en force du populisme en Allemagne, matérialisé par les 94 députés de l´Alliance pour l´Allemagne (AFD) au Bundestag ?

Cela s´explique dans le climat protestataire diffus que l´on observe depuis l´ouverture des frontières aux réfugies par la Chancelière Angela Merkel. Beaucoup d´Allemands se sentent menacés et parfois « étrangers » dans leur propre pays á cause de la présence de musulmans. Dans cette atmosphère de frustration, de crainte et de colère, l´Alternative pour l´Allemagne (AFD) offre comme tous les mouvements populistes de droite en Europe, des réponses simples á des questions complexes.

Le retour en force du populisme est un symptôme des bouleversements profonds que traverse actuellement la société allemande. L´électorat du populisme vient de toutes les classes sociales allemandes. Cela est le résultat de l´usure profonde des partis traditionnels conservateurs ou sociaux-démocrates qui ne sont plus en mesure de gérer le mécontentement du peuple. C´est ce que l´extrême droite a bien compris pour mobiliser les masses populaires en instaurant la peur et l´angoisse: peur des immigrés, peur de la criminalité, peur de l´islam, peur de l´euro, peur des Européens de l´Est, peur du multiculturalisme, peur de la diversité. Les différents discours se focalisent sur l´incapacité des politiciens traditionnels d´apporter des réponses concrètes aux problèmes économiques et sociaux que traversent l´Europe ainsi que l’Allemagne depuis la crise de 2008.

 

 

 

Propos recueillis par Thierno DIALLO, Afrique Connection 

 

Comments

comments

Loading...