djbara

Dans le milieu du rap au Sénégal, DJ fait partie des gens les plus respectés. Son émission sur la Bande Fm (Top Fm Energie 107.0) est une tribune pour les mélomanes du rap galsen pour DJ Bara si l’émission est devenue incontournable au Sénégal, c’est grâce à l’ouverture d’esprit de son compagnon Karim Khrum khak et la volonté des auditeurs qui ont fait de cette émission l’une des plus suivie au Sénégal. Dans cet entretien que DJ Bara nous accorde, il revient sur l’évolution du rap au Sénégal et l’émergence de mouvements citoyens dans le milieu du Hip –Hop au Sénégal. Entretien depuis la capitale sénégalaise avec notre correspondant Boudal NDIATH.

Présentez-vous à nos lecteurs ?

Je m’appelle DJ Bara animateur à la radio Top Fm énergie. On m’appelle dans le milieu du Rap sénégalais DJ Bara bou Gnoul (Bara le noir) parce que je porte d’habitude des habits noirs. Je suis entré dans l’animation en 2012. J’étais un vrai mélomane du rap. Je peux dire même que c’est le hip hop qui m’a éloigné des études. Depuis tout petit j’allais suivre des concerts de rap habituellement. J’ai connu le milieu du rap sénégalais très petit. Un jour je rencontre Karim khrum khak le gars avec qui j’anime l’émission. Je lui dis que je suis intéressé par l’animation. Automatiquement il me dit : tu viens demain et c’est parti. Entre Karim et moi c’est une histoire. Il m’a beaucoup aidé et je le remercie. Nous animons une émission Hip Hop Sénégal qui s’appelle Style beend (Style de la rue). Je suis Le Dj, Karim l’animateur.

Votre émission connait une grande audience dans le milieu du Rap sénégalais. Quel est votre secret ?

Nous remercions le bon Dieu. Vraiment nous avons dû travailler ces derniers années pour que notre émission soit l’une des les plus écoutée sur la bande Fm. Le secret c’est le travail et la vérité. L’émission est le lieu de rencontre du mouvement Rap sénégalais. C’est dans cette émission qu’on essaie de tout clarifier. Nos auditeurs, nous leur disons merci. Ils nous ont toujours accompagnés. Ils participent activement à la réalisation de l’émission. Je pense que si notre émission est devenue l’une des plus écoutée au Sénégal, c’est parce qu’aussi les rappeurs eux même ont vraiment contribué.

Vous êtes dans le milieu du rap sénégalais depuis quelques années ? En tant qu’animateur comment appréciez-vous l’évolution du Hip Hop au Sénégal ?

Ecoutez le rap sénégalais a connu une grande évolution. Maintenant il est connu partout dans le monde. Côté Musique il y’a une grande évolution. Le business marche. Les gens qui sont dans le milieu se plaignent toujours mais restent toujours dans le milieu, parce que les choses marchent bien. Maintenant sur le plan de l’écriture, le niveau a vraiment baissé. Les nouveaux rappeurs sénégalais ont du mal dans l’écriture. Le RAPADIO (Groupe de rap sénégalais) a hissé la barre très haut. Les jeunes doivent s’inspirer de la plume de Bibson de khuman, Pee frois ,Daara J etc. . Pour élever le niveau de l’écriture.

Ces derniers années il y’a eu l’émergence de beaucoup de mouvements citoyens dans le rap sénégalais. Qu’est ce qui l’explique à votre avis ?

C’est vrai ces derniers années il y’a eu la naissance du mouvement y’en a marre. Un mouvement à vocation citoyen nait dans le milieu. C’est un mouvement qui a connu un grand succès dès les premières heures au Sénégal. Moi j’étais parmi les membres précurseurs de ce mouvement. Nous avons galéré ensemble. Presque tout le mouvement Hip Hop participait au mouvement y en a marre. Mais certains se sont frustrés pour créer leur propre mouvement qui est le mouvement Niittou Deeg (Homme de vérité). En tout cas ils doivent tous essayer de respecter leurs paroles et ne pas essayer de leurrer les gens. Ils sont entrain de déchirer le mouvement Hip Hop sénégalais. Et je pense qu’il est de leur ressort de le faire émerger ce dernier. Parce que sans le Mouvement Hip Hop, ils ne sont rien.

Quelles appréciations faites-vous du public rap au Sénégal ?

Le mouvement rap au Sénégal a un public particulier. Le Hip Hop a un public extraordinaire, un public très solidaire, qui prône toujours l’entraide et la solidarité. Il galvanise les rappeurs. Ces derniers doivent donc travailler davantage. Le niveau du public dépasse de loin le niveau des rappeurs. Le public participe activement à l’évolution du Rap.

Vos projets ?

Je vais célébrer l’anniversaire de mes 3 ans de Radio ce 15 janvier. J’organise une grande soirée qui s’appelle Gnuul dey show (le noir en show). Je l’organise pour créer une rencontre entre mélomanes et rappeurs. Ce sera un moment d’échange entre les différents acteurs du mouvement Hip –Hop. Il y’aura de grand Dj de la place. C’est une fête pour les Dj, une façon de montrer qu’on est membre entière du mouvement Rap.

BOUDAL NDIATH
Journaliste – consultant chez africpost

Comments

comments

Loading...