1107291_10_667x333Une attaque à la kalachnikov et au lance-roquette par au moins deux hommes cagoulés au siège de Charlie Hebdo à Paris, ce mercredi 7 janvier, vers 11 h 30, a fait 12 morts dont deux policiers. Un acte sans précédent contre un organe de presse et le bilan le plus meurtrier d’un attentat depuis au moins 40 ans en France.

“Vers 11 h 30, deux hommes armés d’une kalachnikov et d’un lance-roquette, ont fait irruption au siège du journal satirique Charlie Hebdo dans le XIe arrondissement de Paris. Un échange de feu a eu lieu avec les forces de l’ordre”, a déclaré une source proche de l’enquête.

En quittant les lieux, les deux agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite braqué un automobiliste porte de Pantin et percuté un piéton. “Je pense qu’il y a des victimes”, avait auparavant déclaré par téléphone le dessinateur, Renaud Luzier, dit Luz, visiblement paniqué. “J’ai entendu des coups de feu, j’ai vu des gars cagoulés qui sont partis en voiture. Ils étaient au moins cinq”, a déclaré Michel Goldenberg, un voisin qui a son bureau dans la même rue que Charlie Hebdo, la rue Nicolas Appert.

Un autre voisin, Bruno Leveillé, a raconté avoir entendu “à 11 h 30 pile, une trentaine de coups de feu pendant une dizaine de minutes”. Sans qu’on sache s’il y a un lien avec cette attaque, Charlie Hebdo a fait la Une de son dernier numéro paru ce mercredi avec “les prédictions du mage Houellebecq : en 2015 je perds mes dents… En 2022 je fais Ramadan !”. Le livre de l´écrivain controversé paru ce mercredi Soumission prédit l’arrivée au pouvoir d’un parti musulman en 2022.

Les agresseurs ont crié “nous avons vengé le prophète !”, selon des témoins cités par une source policière. Sur une vidéo de l’attaque, filmée par un homme réfugié sur un toit et mise en ligne par le site Francetvinfo , on entend un homme crier Allah akbar entre plusieurs coups de feu.

Evolution des faits

21h10 – “Moment de recueillement” de Hollande demain à 12h.

François Hollande observera jeudi à midi à la Préfecture de police de Paris le “moment de recueillement” prévu dans l’ensemble des services publics après cette attaque sanglante, annonce l’Elysée.

21h – Opérations policières à Pantin et Gennevilliers.

Plusieurs milliers de policiers et gendarmes sont lancés dans une traque d’envergure afin d’arrêter les auteurs en fuite de l’attaque contre “Charlie Hebdo”. Les policiers de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) ont investi mercredi après-midi plusieurs appartements à Pantin et Gennevilliers, en banlieue parisienne, dans le cadre de l’enquête sur l’attentat de Charlie Hebdo, des opérations qui n’ont donné lieu à aucune interpellation.

20h40 – Hommage à “Charlie Hebdo” : 100.000 manifestants dans toute la France. 

Plus de 100.000 personnes se sont rassemblées dans toute la France en fin d’après-midi pour rendre hommage aux victimes de l’attentat contre “Charlie Hebdo”, selon un décompte de l’AFP.

A Paris, 35.000 personnes se sont réunies place de la République, non loin du siège de la rédaction de “Charlie Hebdo”, selon la préfecture de police. Ils étaient entre 13 et 15.000 à Rennes, entre 10 et 15.000 à Lyon, 10.000 à Toulouse, 7.000 à Marseille et 5.000 à Nantes, Grenoble et Bordeaux, selon des chiffres de la police dans ces différentes villes.

B6xTMg3CAAAWGGX

20h20 – Hollande va recevoir les forces politiques. L’unité nationale s’organise. François Hollande annonce qu’il réunira jeudi les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat ainsi que “les forces représentées au Parlement”. “Demain [jeudi], je réunirai les présidents des deux assemblées ainsi que les forces représentées au Parlement pour montrer notre commune détermination”, explique le chef de l’Etat.

20h05 – VIDEO. Hollande décrète un jour de deuil national jeudi. Lors d’une allocution télévisée, le chef de l’Etat annonce une journée de deuil national ce jeudi. Les drapeaux seront en berne pendant trois jours.

14 h 30 – Les dessinateurs Charb, Wolinski, Cabu et Tignous sont morts. Les dessinateurs Charb, Cabu, Tignous et Wolinski figurent parmi les douze personnes tuées dans l’attaque de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo ce mercredi, a annoncé à l’AFP le parquet.

14 h 20 – Réunion de crise à l’Elysée. Une réunion interministérielle de crise a débuté à l’Élysée autour de François Hollande et du Premier ministre Manuel Valls après l’attentat sanglant perpétré contre Charlie Hebdo, a-t-on appris auprès de la présidence française. Bernard Cazeneuve (Intérieur), Jean-Yves Le Drian (Défense), Christiane Taubira (Justice), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Fleur Pellerin (Culture et Communication) ainsi que les responsables des principaux services de police et de gendarmerie participaient à cette réunion, selon l’Élysée. La sécurité a été fortement renforcée aux abords du palais présidentiel, où des policiers ont été déployés, porteurs de gilets pare-balles et d’armes automatiques.

14 h 15 – Les deux tireurs abattent un policier. La vidéo a été publiée sur Facebook par Jordi Mir. Elle montre les deux tireurs qui ont tué une dizaine de personnes au siège de Charlie Hebdo sortir des bâtiments. Une fois dans la rue, ils abattent un policier sur le trottoir d’en face avant de monter dans une Citroën de couleur noire qui sera ensuite bloquée dans une rue par une voiture de police. Des échanges de coups de feu auront lieu à cet endroit.

14 h – Le véhicule noir abandonné rue de Meaux. Selon un journaliste de 20 Minutes, présent rue de Meaux, “un cordon de sécurité a été établi. La voiture DS3 noire est en travers de la route. Des enquêteurs de la police judiciaire s’affairent autour. La substitut du procureur vient d’arriver sur place”.

13 h 50 – Charb, Cabu, Wolinski, et Tignous décédés dans l’attaque. Rien n’est officiel, mais plusieurs médias confirment la mort de Charb, Cabu, Wolinski, et Tignous.

13 h 45 – François Hollande interviendra à 20 h. Le président François Hollande “interviendra à 20 heures depuis l’Elysée” à la télévision.

-

13 h 40 – “Nous avons vengé le prophète !”. Les agresseurs ont crié “nous avons vengé le prophète !”, selon des témoins cités par une source policière.

13 h 30 – “Protection renforcée”. Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte et les transports sont placés en “protection renforcée” en région parisienne après l’attaque meurtrière mercredi contre Charlie Hebdo, dont “les” auteurs n’ont pas encore été interpelés, a indiqué Matignon. “Toutes les forces disponibles sont mobilisées et des renforts civils et militaires seront déployés dans le cadre du plan Vigipirate”, que Manuel Valls vient de relever au niveau le plus élevé d'”alerte attentat”, indique Matignon dans un communiqué. “Tous les moyens sont mis en oeuvre pour identifier, traquer et interpeller les auteurs” de l’attaque, qui a fait onze morts et quatre blessés “en situation d’urgence absolue”, précise-t-on de même source.

13 h 20 – Charlie Hebdo était visé par des “menaces constantes”. Charlie Hebdo était visé par des “menaces constantes” depuis la publication des caricatures du prophète Mahomet en novembre 2012, a déclaré Richard Malka, l’avocat du journal satirique. “Il y a des menaces constantes depuis la publication des caricatures de Mahomet”, a affirmé l’avocat, interrogé sur l’attaque terroriste contre l’hebdomadaire qui a fait 12 morts. “Ca fait huit ans qu’on vit sous la menace, qu’il y a des protections mais il n’y a rien à faire contre des barbares qui viennent avec des kalachnikov”, a également ajouté l’avocat. “On imaginait le pire et le ministère de l’Intérieur avait évalué les menaces à un tel niveau qu’ils étaient sous protection constante mais ça n’a pas suffi. Ils étaient sous protection constante depuis huit ans maintenant, simplement pour avoir fait des dessins. C’est une folie”, a souligné Richard Malka. “C’est un journal qui ne fait que défendre la liberté d’expression, la liberté tout court, notre liberté à tous et aujourd’hui, des journalistes, des dessinateurs, de simples dessinateurs ont payé le prix fort, pour ça (…)”, a-t-il également dit, très ému. “Je suis effondré, anéanti, j’ai des amis qui sont blessés ou qui ne sont plus.”

13 h 15 – Le bilan est porté à 12 victimes. Douze personnes, dont deux policiers, ont été tuées dans l’attaque contre les locaux de Charlie Hebdo, selon un bilan non définitif annoncé à l’AFP par le parquet de Paris. Au moins sept personnes ont été blessées, dont quatre très grièvement, a précisé le parquet. Un précédent bilan de même source faisait jusqu’alors état de 11 personnes décédées.

13 h – François Hollande : “Un acte d’une exceptionnelle barbarie”. François Hollande a dénoncé “un acte d’une exceptionnelle barbarie” après l’attaque contre Charlie Hebdo, estimant qu’il ne faisait “pas de doute” qu’il s’agissait d’un “attentat terroriste”. L’attaque a fait onze morts et quatre blessés “en situation d’urgence absolue”, a indiqué le chef de l’Etat à son arrivée sur les lieux, appelant à “l’unité nationale”.

12 h 50 – Vigipirate au niveau “alerte attentat”. Le Premier ministre Manuel Valls a décidé de relever le plan Vigipirate au niveau “alerte attentat”, le niveau le plus élevé, sur “l´ensemble de la région Ile-de-France”, à la suite de la fusillade contre Charlie Hebdo, a indiqué Matignon. “Le Premier ministre a décidé de relever le plan Vigipirate au niveau alerte attentat, le niveau le plus élevé, sur l’ensemble de la région Ile-de-France”, a-t-on déclaré de même source.

Réactions en Europe et dans le monde 

Nicolas Sarkozy, président de l’UMP, a déclaré : « Les coupables de cet acte barbare doivent être pourchassés et châtiés.» Selon lui, « la démocratie française est attaquée, nous devons la défendre sans faiblesse

Le Conseil du culte musulman français condamne un « acte barbare » contre « la démocratie ».

« Une attaque barbare comme celle-là, c’est une affaire sans précédent », a déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières.

La Fédération européenne des journalistes (FEJ), principale organisation représentative de la profession en Europe, à exprimer sa solidarité avec les victimes et avec leurs proches sur leur site internet. Quels qu’en soient les auteurs et leurs motivations, la FEJ appelle les autorités françaises à tout mettre en oeuvre pour punir ce crime ignoble. « En s’en prenant à une rédaction, les auteurs de la tuerie ont visé la liberté de la presse. C’est la presse libre et indépendante qui est visée, une presse plus que jamais menacée, en Europe », commente Mogens Blicher Bjerregård président du FEJ.

Aux Etats-Unis, la Maison Blanche condamne également cette attaque : «Toute la Maison Blanche est solidaire des familles de ceux qui ont été tués ou blessés dans cette attaque », a déclaré Josh Earnest, porte-parole du président américain Barack Obama.

Dans un communiqué, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, condamne un « acte intolérable et une barbarie ».

Le Premier ministre britannique David Cameron a immédiatement condamné l’attentat contre les locaux de Charlie Hebdo et a indiqué que le Royaume-Uni était aux côtés de la France dans le combat contre le terrorisme. « Ces meurtres à Paris sont écœurants. Nous sommes aux côtés du peuple français dans le combat contre le terrorisme et défendons la liberté de la presse », a déclaré le chef du gouvernement britannique sur son compte Twitter.

La chancelière allemande Angela Merkel condamne un « attentat abominable

« Nous recevons avec horreur les nouvelles de l’acte terroriste vil et lâche perpétré aujourd’hui contre le siège de l’hebdomadaire français Charlie Hebdo à Paris », a déclaré le gouvernement espagnol dans un communiqué. « Le gouvernement, au nom du peuple espagnol, exprime sa condamnation la plus ferme » de cette attaque.

Le président du Conseil italien Matteo Renzi a réagi sur son compte Twitter : « Horreur et consternation après la tragédie de Paris. Soutien total à Hollande dans ce moment terrible. La violence perdra toujours face à la liberté. »

Le président russe Vladimir Poutine « dénonce fermement le terrorisme.»

Marine Le Pen, présidente du Front national, dénonce un « acte terroriste commis par des fondamentalistes islamistes

 

 

Africpost, AFP, RFI

Comments

comments

Loading...