1456056_10201197917444904_1767802129_nDepuis quelques années, la mondialisation et ses effets font le sujet des débats intenses dans les relations internationales. Après avoir analyser le livre de l´ancien Premier ministre sénégalais Abdoul Mbaye intitulé « SERVIR », Lansana Gagny Sakho (Photo), un brillant économiste formé au Sénégal, consultant international et directeur général d´Expert Vision nous décortique brièvement l´ouvrage de Sileymane Sokome, relatif aux effets de la mondialisation sur le développement économique des pays de l´Afrique Subsaharienne, paru aux éditions Edilivre.com. Une fiche de lecture qui résume les points essentiels du livre en question.

‘Sur la balance de la mondialisation, une tête d’enfant du tiers monde pèse moins lourd qu’un hamburger’ Fatou Diome.

Un travail très fouillé qui est sans nul doute le fruit d’une rigueur intellectuelle qui ne fait l’objet d’aucun doute.

Sileymane Sokome aborde un thème central, l’intégration de l’Afrique Noire dans la mondialisation. Cette expérience est intéressante, l’auteur un enfant d’Afrique vivant dans un pays développé avec des échelles de valeurs, des pratiques et des évidences en complètes décalage avec les pratiques de nos pays.

Dès l’entame de la lecture on sent cette difficulté entre la fibre africaine avec ‘les multinationales qui pillent le continent, l’Afrique objet de convoitises, grenier des investisseurs étrangers’ et la vision stéréotypée occidentale du continent Africain ‘les gaspillage, la gabegie, l’absence de gestion rationnelle de l’économie, l’extrême penchant à l’égoïsme des cadre intellectuels africains..’. En réalité l’auteur sans s’en rendre compte fait face à un dilemme cornélien. Apôtre de l’économie de marché, l’auteur fait ressortir ses positions de façon tranchés ‘l’économie de marché est source de progrès matériel sans précèdent en créant des emplois plus productifs et de meilleures qualité pour tous…’. Le fonctionnement de l’économie de marché est qu’il faut à la base de certains passagers descendent du train. Par essence, elle n’est pas faite pour tous même si certains auteurs trouvent cependant qu’il est le moins mauvais des systèmes…

L’auteur privilégie l’approche régionale comme angle d’attaque pour relever les défis de la mondialisation “l’intégration régionale” constitue un vecteur par le quel les pays peuvent s’engager de manière significative dans le processus de mondialisation en éliminant des obstacles et améliorant du coup les “compétitivité internationale”. En effet l’intégration régionale et l’intensification de la coopération économique constituent un axe important pour l’insertion de l’Afrique dans l’économie internationale.

Les regroupements régionaux, politiques et économiques, représentent les principales forces influentes sur la scène mondiale. Cependant, les organisations régionales Africaines doivent être traitées comme des instruments de facilitation de l’intégration des pays d’Afrique dans l’économie mondiale. Il appartient aux dirigeants africains d’approfondir ces mécanismes d’intégration, notamment en développant des liens verticaux et horizontaux à l’échelle du continent au-delà des sensibilités ethniques ou ‘égoïstes’. Ce qui est pour ne pas dire mission impossible.

Sur le retard de la place de l’Afrique noire dans l’économie mondiale, l’auteur trouve que “les problèmes de développement que rencontrent l’Afrique Noire ne sont pas dus à la mondialisation en tant que telle” . L’actualité récente avec la signature probable “signature des Accords de Partenariat des Economiques (APE)” semble lui donner raison. Ces accords se négocient depuis l’année 2002, les Africains se sont toujours limités à la protestation, s’érigeant en forteresses protectionnistes contre la mondialisation. Ils ne se sont jamais attelés à développer des programmes et des stratégies pour consolider davantage la cohésion régionale.

Les vainqueurs de demain seront les nations qui seront capables de changer leur système de création de richesse, l’Asie du Sud Est a montré la voie. Pourquoi l’Afrique noire n’arrive pas à suivre ? Certains éléments de réponse sont dans ce livre …

image_27569_1_20304_1_9323_1_38646_1_35803

Africpost 

 

Comments

comments

Loading...