648x415_fabrizio-pulvirenti-left-an-italian-doctor-who-contracted-ebola-in-november-while-working-in-sierra

Fabrizio Pulvirenti (à gauche) avait contracté le virus Ebola alors que ce médecin italien travaillé en Sierra Leone. – Andrew Medichini/AP/SIPA

Le sang du médecin italien, qui avait contracté le virus Ebola en Sierra Leone et a été officiellement déclaré guéri ce vendredi, sera utilisé pour fabriquer du plasma et soigner d’autres malades en Afrique de l’Ouest.

«Nous produirons avec le sang de Fabrizio Pulvirenti le plasma nécessaire» contenant des anticorps «qui sera utilisé en Afrique pour d’autres malades d’Ebola», a annoncé devant la presse le directeur scientifique de l’hôpital Spallanzani, Giuseppe Ippolito.

Les quatre médicaments expérimentaux rendus publics fin janvier
Les quatre médicaments expérimentaux utilisés pour soigner le médecin italien seront rendus publics fin janvier, à l’issue d’une procédure harmonisée avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a précisé Guiseppe Ippolito.

Fabrizio Pulvirenti avait contracté le virus Ebola fin novembre en Afrique de l’Ouest et doit quitter l’hôpital Spallanzani vendredi. «Il y a un peu plus d’un mois, le 25 novembre, on s’interrogeait sur l’avenir de cet extraordinaire médecin. On a passé entre-temps des moments difficiles et aujourd’hui nous pouvons annoncer officiellement, avec satisfaction et orgueil, la guérison du patient», a annoncé Valerio Fabio Alberti, le responsable de l’hôpital.

Fabrizio Pulvirenti entend retourner en Sierra Leone
Fabrizio Pulvirenti travaillait depuis octobre pour l’ONG italienne Emergency à Lakka, en Sierra Leone quand il a contracté la maladie. «Je remercie chacun des médecins qui se sont occupés de moi, ils ont fait un travail incroyable», a déclaré le médecin, au cours de la même conférence de presse à laquelle assistaient également la présidente d’Emergency, Cecilia Strada, et la ministre italienne de la Santé Beatrice Lorenzin. Il a affirmé son intention de retourner en Sierra Leone.

Une infirmière britannique, ayant contracté Ebola lors d’une mission humanitaire en Sierra Leone, avait elle aussi reçu un traitement anti-viral expérimental ainsi que du plasma sanguin prélevé sur un malade guéri de cette fièvre hémorragique.
Ebola a fait en un an au moins 7.890 morts sur un total de 20.171 cas enregistrés dans les trois pays les plus touchés, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, selon un dernier bilan.

Africpost via 20minutes

Comments

comments

Loading...