dresdeKhaled Idris Bahray (Photo), réfugié de 20 ans d’Érythrée, a été retrouvé tué dans une mare de sang le 13 janvier 2015 devant la porte de son foyer à Dresde, ville située en Allemagne de l´Est. Le 12 janvier, Khaled a quitté son logement vers 20 heures pour faire une course en ville. Alors que les autres habitants du foyer pour demandeurs d’asile n’ont pas osé quitter leurs logements par crainte des racistes de Pediga, le corps n’a été retrouvé que mardi matin.

Depuis un certain temps, avec les manifestations racistes de Pediga, les habitants du foyer subissent des menaces et des insultes. Si pour l’instant toutes les circonstances de la mort du jeune Khaled Idris Bahray ne sont pas encore établies. Le contexte laisse penser qu’il a été victime d’une agression raciste.

Le Conseil de l’Europe sur les droits de l’homme basé á Strasbourg a maintes fois recommandé l´Allemagne de soigner son image. Il s’appuie sur les recherches des experts de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI). Cette structure indépendante a été formée en 1993 sur décision des chefs d’Etat et de gouvernement des pays du Conseil. Depuis, elle présente tous les cinq ans une analyse de la situation en publiant ses résultats et recommandations.

Les discriminations constatées en Allemagne dans plusieurs secteurs touchant aux droits de l’homme préoccupent la commission du Conseil de l’Europe. Berlin est particulièrement critiqué pour ne pas avoir ratifié le protocole 12 de la Convention européenne des droits de l’homme interdisant toute manifestation de discrimination.

La Cour Européenne des droits de l´homme pointe également l’absence, dans le Code pénal allemand, de mention au fait que les délits motivés par le racisme sont une circonstance aggravante. Le Bundesrat a bloqué à deux reprises l’adoption de cet amendement. Par ailleurs, l’examen de 120 cas de délits à connotation raciste a montré que cette circonstance n’avait été prise en compte que dans seulement 16 verdicts. Et les délits d’incitation à la haine raciale restent impunis dans une certaine mesure. La commission perçoit un danger dans ce racisme latent car, selon ses études, les déclarations xénophobes sont soutenues par près de 25% des Allemands.

Cela se reflète directement sur les conditions de vie des étrangers mais également des Allemands d’origine étrangère. Leurs enfants sont très peu nombreux dans les maternelles, même si la loi autorise la prise en charge de tous les enfants à partir de 1 an. La discrimination, d’après le rapport, est également présente dans la vie professionnelle de ces minorités. En dépit de la baisse du taux de chômage, la part de chômeurs parmi les étrangers a augmenté ces dernières années.

 

 Africpost

Comments

comments

Loading...