senegalair

C’est vers 3 heures du matin, dans la soirée du samedi au dimanche, que la mauvaise nouvelle à été rendue publique à travers les ondes de la RFM : un avion de Sénégalair, une compagnie privée, transportant sept (7) personnes a disparu au large de Dakar. L’aéronef avait disparu des radars de contrôle de l’aéroport de Dakar dès 19h08.

Parmi les passagers, figuraient un médecin et deux (2) infirmiers de SOS Médecins,  une structure médicale spécialisée dans les évacuations sanitaires d’urgence. L’équipe revenait de Ouagadougou d’ailleurs avec une patiente française à bord.

La rumeur qui circulait pendant la nuit venait ainsi d’être confirmée, notamment par Mr Magueye Maram Ndao, directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM).

Mr Ndao a souligné que les autorités sénégalaises, aussitôt informées,  ont mis en place une cellule de crise autour du Premier Ministre Mouhamed Dionne, du ministre des Infrastructures, du staff de l’Anacim et des autorités de l’aéroport de Dakar.

A 3H15 minutes du matin, Mr Ndao, DG de l’Anacim, s’est confié à Alassane Samba Diop, au micro de la RFM. ” D’après les informations recueillies, 7 personnes semble-t-il étaient à bord. L’avion à disparu des radars,  à 111 km au large de Dakar. Des recherches sont entreprises pour trouver des survivants”, a indiqué Mr Ndao.

“Lavion avait à son bord  sept (7) personnes  : 3 sénégalais, 1 patiente d’origine française, 3 burkinabé pour l’équipage”, à précisé le directeur général de l’Anacim.

Il a souligné “qu’un avion de secours  avait aussitot décollé pour faire des recherches de survivants”. Refusant de donner les noms des personnes qui etaient à bord, il a indiqué que “SOS médecin a informé les familles des sénégalais”.

L’avion venait de Ouagadougou où il était parti procéder à l’évacuation sanitaire d’une patiente française.
Le Centre de Coordination et de Sauvetage (CCS) s’est investi des l’annonce de la mauvaise nouvelle. C’est un avion de recherche et de sauvetage qui a aussitôt décollé pour aller superviser la zone de disparition afin de sauver d’éventuels survivants.

“La récupération de la boîte noire permettra de déterminer les circonstances de l’accident”, à ajouté le directeur général de l’Anacim.

lesoleil.sn

Comments

comments

Loading...