ira-logo-ok_6

INITIATIVE DE RÉSURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

Affaire Thiambène

Depuis le lundi 25/05/2015, quatorze (14) femmes et trois (3) hommes du village de Thiambène situé à 15 km de Rosso, dans la Commune de Jidrel Mohguen, dont le chef de village, sont détenus dans les locaux de la Brigade de Gendarmerie à Rosso. Leur arrestation est la conséquence d’une injustice, qui date des évènements de 1989, dont sont victimes la communauté villageoise de Thiambène.

Il s’agit d’une situation extraordinaire dans la quelle une dame, arabo-berbère prétend un droit de propriété d’une mangueraie aux limites Est du village de Thiambène que les villageois ont plantée et entretenue sur leurs terres ancestrales. L’audace de l’inquisitrice a été possible par la complicité des autorités administratives qui lui ont fourni de faux titres de propriété sur les terres en question donc sur la mangueraie. Depuis plusieurs années, la dame fait la récolte de son « butin » sous bonne garde des forces de l’ordre. Excédées par cette situation rocambolesque, un groupe de femmes du village a procédé à la récolte des mangues qui sont en réalité leur propriété, fruit de leur labeur.

En effet, en novembre 2014, IRA – Mauritanie et ses partenaires, dénonçant l’esclavage foncier et les expropriations des terres fertiles de la vallée du fleuve Sénégal, ont organisé une caravane pacifique qui est partie de Boghé pour rallier Rosso. Malheureusement, le matin du 11 novembre où la caravane devait arriver à Rosso, une répression aveugle et incompréhensible s’est abattue sur les militants des droits humains avec comme résultats l’arrestation de plusieurs d’entre eux dont Biram DAH ABEID – président d’IRA, son adjoint Brahim BILAL RAMDHAN et Djiby SOW – Président de l’ONG Kawtal ngam Yellitaare.

Les faits graves qui se passent à Thiambène caractérisent un racisme d’Etat devenu, malheureusement, banal. Dans ce contexte, IRA – Mauritanie :

Exprime toute sa solidarité avec les populations du village de Thiambène,

Met en garde les autorités racistes et esclavagistes contre les risques d’implosion et de conflits communautaires, pourtant réels et provoqués par leur traitement partial des litiges fonciers,

Et enfin, appelle les militants et sympathisants d’IRA – Mauritanie au Trarza de se tenir aux côtés des populations de Thiambène dans leur lutte pacifique pour la dignité.

Fait, à Nouakchott, le 28 mai 2015
La Commission de Communication

Comments

comments

Loading...