charles_ble_goude_304x171_afpCoupable de crimes contre l’Humanité ? Ou preuves insuffisantes à son encontre ? Six mois après son arrivée à la Haye, l’audience de confirmation des charges contre Charles Blé Goudé s’ouvre ce lundi devant la Chambre préliminaire de la Cour pénal internationale. Il s’agira de déterminer si l’ancien porte-voix des jeunesses patriotes est coupable ou non des quatre chefs de crimes contre l’Humanité qui pèsent sur sa tête.

C’est une étape importante dans le dossier judiciaire de Blé Goudé qui s’ouvre ce lundi, à partir de 7h30 GMT, à la Haye, aux Pays-Bas. Jusqu’au 2 octobre, l’audience de confirmation des charges contre ce fidèle de Laurent Gbagbo, qui se tient devant la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI), permettra à l’accusé de savoir si, oui ou non, il est coupable des quatre chefs de crimes contre l’humanité qui pèsent sur sa tête : meurtres, viols et autres violences sexuelles, actes de persécution et autres actes inhumains.

D’après l’accusation, Charles Blé Goudé aurait engagé sa responsabilité pénale individuelle, en tant que « coauteur indirect » dans les crimes qui motivent sa présence à la CPI et qui auraient été perpétrés dans le contexte des violences post-électorales dans son pays, la Côte d’Ivoire, entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.

« Une audience de confirmation des charges sert à déterminer s’il y a des motifs substantiels de croire que le suspect a commis les crimes qui lui sont imputés. Si la Chambre préliminaire décide de confirmer les charges, elle renverra l’affaire devant une Chambre de première instance, laquelle sera chargée de conduire la phase suivante de la procédure : le procès », explique le service de communication de la Cour pénale internationale (CPI) dans un communiqué.

Face au parquet de la CPI qui s’évertuera à démontrer que l’ancien leader des jeunesses patriotes est bien coupable de crimes contre l’Humanité, la défense aussi tentera de démontrer le contraire, en présentant des éléments à décharge. 

La décision de la chambre préliminaire sera connue dans les deux mois qui suivront la fin de l’audience de confirmation. Alors, de deux choses, l’une : soit elle confirme les charges, auquel cas Blé Gouda sera en procès, comme son mentor Gbagbo ; soit la chambre estime que les charges sont insuffisantes ou incomplètes, auquel cas, elle pourra renvoyer le procureur à ses enquêtes en lui demandant plus de preuves, là aussi comme ce fut le cas dans un premier temps pour l’ancien président ivoirien. Dans tous les cas, Blé Goudé aussi va savoir ! Tout comme Gbagbo a pu le savoir, le 13 juin dernier.

Jean OLOHOU / Afrique Connection

Comments

comments

Loading...