unedu11.11.2014i

Le niveau de pauvreté en Côte d’Ivoire, première économie d’Afrique de l’ouest francophone, en forte croissance, est “inquiétant” alors que le pays dispose de fortes potentialités, s’est alarmée la Banque mondiale (BM). Près d’un habitant sur deux est considéré comme “pauvre” en Côte d’Ivoire, selon des chiffres officiels.

“La Côte d’Ivoire est confrontée à des taux de pauvreté inquiétants, surtout par rapport au potentiel énorme dont dispose le pays”, a regretté Ousmane Diagana, le chef des opérations de la banque en Côte d’Ivoire.

“Il y a des vrais exclus qui aujourd’hui sont identifiables” dans le pays, a-t-il poursuivi, ajoutant que la crise politico-militaire de 2000-2011 “est passée par là, mais il n’y a peut-être pas que la crise”.

Pour remédier à cette situation, M. Diagana a proposé la mise en place d’un “système de protection sociale”, avec des “cantines scolaires” pour “nourrir les enfants pauvres”, ou la mise en place de “projets à forte intensité de main d’oeuvre” pour distribuer des emplois à des personnes “aux compétences minimes”.

Selon la Banque Mondiale la Côte d’Ivoire dispose d’un énorme potentiel économique surtout en tant que grande exportatrice de cacao et de noix de cajou. Sa performance macroéconomique en 2013 est impressionnante, avec un taux de croissance aux alentours de 8,7%. L’inflation reste modérée à 2.5%. Les perspectives macroéconomiques pour 2014 demeurent positives, compte tenu de l’anticipation d’un taux de croissance vigoureux et d’un faible taux d’inflation.

Cette croissance est toutefois conditionnée à une hausse des investissements privés d’une part et à un financement externe adéquat permettant aux investissements publics d’augmenter jusqu’à 8% du PIB, en conformité avec le taux prévu par le Plan National de développement 2012-2015. La poursuite d’une forte performance macroéconomique ainsi qu’une accélération des réformes structurelles sont nécessaires afin de soutenir la croissance du PIB, améliorer les conditions de vie des populations vulnérables et  faciliter la transition de l’économie ivoirienne vers une économie émergente. 

 

 

 

Africpost

 

Comments

comments

Loading...