Alassane_Ouattara_UNESCO_09-2011Le Chef d’Etat ivoirien, en véritable acteur des films d’horreur fut l’acteur principal de son mini-métrage sur sa supposée disparition, les rumeurs les plus folles sur son état de santé et sa succession.Pendant plus de trois semaines, cet individu de peu de foi ni loi a fait le mort pour l’on ne sait quelles raisons apparentes. Des subterfuges de toutes sortes furent mis en place avec la complicité du grand manitou en personne,le Président Hollande, annulant son voyage d’Etat et de travail prévu pour le 26 Février 2016, avec l’envoi de deux régiments de l’armée française au nombre de 380 sur les bords de la Lagune Ebrié et Dame Ouattara forçant la saisine de l’Assemblée Nationale pour l’application de l’article 53, accordant l’intérim à une personnalité du gouvernement.

Il s’en était suivi un débat très houleux à l’hémicycle avec comme corolaires la création de trois clans (les pro-Soro (ex Rébellion) en son article 40, les pro-Duncan (PDCI-RDA) en son article 53 et les pro-Bakayoko (RDR) en son article 53). Les trois clans ne pouvant pas s’accorder sur la succession de M. Ouattara ont fait échouer la validation du projet de loi ou « décret » présidentiel non signé et tenu les ivoiriens en haleine, avec les FRCI, FAFN et l’ONUCI bouclant Abidjan et Bouaké sans oublier leur présence dans les sites ou endroits stratégiques et névralgiques du pays. Tout ceci parce qu’un individu jouant avec les angoisses et inquiétudes des ivoiriens, tentait de découvrir sa popularité ou son manque de popularité et les éventuels candidats à sa succession. Toute cette chorégraphie macabre tenant les ivoiriens en haleine à cause des humeurs mégalomaniaques d’un individu en mal de publicité et en perte de vitesse.

La chorégraphie macabre fut minutieusement orchestrée par les soins de Dame Nouvian Folloroux Ouattara, l’architecte du pouvoir Ouattara et véritable maitresse des lieux.Pour cela des fonds énormes au frais du contribuable ivoirien furent dégagés afin de distiller des fausses informations sur sa santé et son éventuel décès dans un hôpital militaire dans Paris.Les médias occidentaux furent manipulés en diffusant toutes sortes de maladies dont pourrait souffrir le mentor du RDR depuis la Sciatique à une prostate en phase finale. Tout ceci dans le souci de créer plus de confusion dans les esprits des ivoiriens. Les acteurs clés de cette macabre mise en scène furent les Ouattara et M. Hamed Bakayoko tentant de prendre le pouvoir sans la présentation d’un décret dument signé par le patient. Aussi,pour convaincre les ivoiriens d’une guerre de succession, Dame Nouvian Folloroux Ouattara aurait même organisé un déménagement de 21 heures à 4 heures du matin le 25 Février 2014. Tout portait à croire qu’elle rentrait définitivement en France car n’ayant plus d’intérêts en Côte D’Ivoire, vue la guerre de succession en partie menée par le PDCI-RDA à travers une série de déclarations et d’interviews.??

Finalement,le clan Ouattara a décidé de nous révéler que le Chef d’Etat est sorti de l’hôpital et qu’il est prêt à regagner Abidjan le Dimanche 2 Mars 2014. Afin de corroborer cette sortie, une équipe de la RTI fut dépêchée à Paris en compagnie du PAN Soro Guillaume et de certains membres de la famille et du gouvernement. L’apothéose de ce film d’horreur fut dans les locaux de l’Ambassade de Côte D’Ivoire à Paris, le 27 Février 2014.??Des photos et une déclaration télévisée du Chef de l’état furent diffusés sur les réseaux sociaux afin de rassurer les ivoiriens et taire toutes les folles rumeurs sur son état de santé. Sacré acteur, ce Ouattara !??Comment peut-on soumettre tout un pays au bord du gouffre juste pour découvrir sa propre popularité ? Il faut être un tyran de la trempe de M. Ouattara pour y songer et de nos jours !??Cependant nous avons une série de questions pour la cellule de communication de M. Ouattara ou de la Présidence Ivoirienne. Pourquoi les autres télévisions amies et alliées des Ouattara ne furent jamais conviées à cette sortie ou scène de ressuscitation ? Que nous cache-t-on ? Pourquoi cette chorégraphie au sein de l’Ambassade et non à son domicile où il est supposé récupéré ? Pourquoi une équipe de médecins et d’infirmiers était en attente près de l’Ambassade, avec des quantités massives de morphine et une ambulance toute équipée pour les urgences et évacuations ? Que se passe-t-il réellement ? Est-il réellement souffrant ou mourant ou en bonne santé ? Que dit la Constitution de Juillet 2000 ???

Article 35 : « (…) Le candidat à la Présidence de la République doit présenter un état complet de bien-être physique et mental dûment constaté par un collège de trois médecins désignés par le Conseil constitutionnel sur une liste proposée par le Conseil de l’Ordre des Médecins. Ces trois médecins doivent prêter serment devant le Conseil constitutionnel.??Il doit être de bonne moralité et d’une grande probité. Il doit déclarer son patrimoine et en justifier l’origine ».??En d’autres termes, dès l’arrivée du Chef d’état à Abidjan, le Président du Conseil Constitutionnel doit saisir le collège ou le Conseil de l’Ordre des Médecins afin qu’il obtienne du patient un bilan de santé rigoureux.Ensuite, ces médecins devront communiquer leur décision ou diagnostique au Conseil Constitutionnel pour appréciation. Une fois,le Conseil Constitutionnel avisé, le Conseil de l’Ordre des Médecins devra faire une annonce publique et solennelle de l’état de santé du Chef d’Etat. Plus tard, après délibération, le Conseil Constitutionnel devra à son tour se prononcer sur les aptitudes du Chef d’Etat à poursuivre ses activités officielles.

Selon la gravité du mal rongeant le Chef d’état, le Conseil Constitutionnel décidera soit de le maintenir en fonction ou demander son retrait pur et simple de la tête de l’exécutif. En d’autres termes, il sera demandé au Chef d’état de démissionner sur la base de sa santé défaillante en conformité avec l’article 35.??Il est aussi à noter que le Chef d’Etat ivoirien n’a jamais déposé un quelconque bilan de santé avant les élections de 2010.

En d’autres termes, personne ne sait officiellement de quoi il souffre réellement. Certaines indiscrétions dans les établissements hospitaliers ayant accueilli le Chef d’Etat ivoirien annonce une prostate en phase terminale. En clair, le Chef d’Etat a peu de temps à vivre. Il est depuis un certain temps sous l’influence massive de morphine afin d’atténuer la peine et les douleurs lombaires. Dans pareilles circonstances, il ne peut officier des cérémonies ou être assis plus de 15 minutes.??

Les fonctions de Chef d´Etat exigent de longues heures de travail et de mobilité. La mobilité du Chef d’Etat sera réduite dès son retour en Côte D’Ivoire. D’ailleurs, il arborait une canne afin de se déplacer dans l’enceinte de l’Ambassade à Paris. Tout ceci et les futurs résultats des médecins du Conseil de l’Ordre des Médecins doivent disqualifier le Chef d’état ivoirien du fauteuil présidentiel actuel et pour les élections à venir.

En d’autres termes, si le Chef d’Etat a une certaine honnêteté intellectuelle, il rendra sa démission dès son retour au bercail avant même la mise en place de tests médicaux. Cependant, nous ne parlons que d’un individu qui n’a aucune sagesse et aucune humilité. Il voudra vaille que vaille tordre le cou à l’article 35 en se maintenant au pouvoir. Ce qui revient à dire que le Conseil Constitutionnel, appuyé en cela par les partis de l’opposition devront exiger sa démission dans les plus brefs délais et installer un gouvernement de transition jusqu’aux élections de 2015.

Le jeu macabre de M. Ouattara a-t-il payé ? Apparemment non !

M. Ouattara a découvert qu’il n’avait aucune côte de popularité même étant sur un lit d’hôpital. Cela n’a pas fait grimper sa popularité malgré l’appel du Chef de file de l’opposition à prier pour son prompt rétablissement. Les ivoiriens ne sont pas bousculés dans les temples d’adoration pour lui. La plupart sont restés chez eux ce Dimanche 23 Février 2014. Les autres ont plutôt fait le déplacement vers la place Ficgayo pour le meeting géant du FPI. En clair, même malade, M. Ouattara demeure tristement impopulaire.

L’autre aspect fut que les prétendants au poste présidentiel se sont enfin dévoilés ou du moins leurs véritables intentions. Le PDCI-RDA, grand allié du RDR avait déjà annoncé les couleurs en tentant de prendre la présidence sous prétextes que ce parti fut celui qui porta M. Ouattara au pouvoir. Partant de là, le PDCI-RDA selon M. Kacou Guikahoué, devient le successeur putatif du RDR. Comment le Chef d’état prendra-t-il cette nouvelle au sein de cette alliance contre nature à quelques mois des échéances de 2015 ? Allons-nous vers l’implosion du RHDP ? Les jours à venir nous situeront.

Désormais M. Ouattara sait exactement ce que pensent les ivoiriens de sa présidence et de sa succession. L’après Ouattara ne sera pas chose aisée car trois clans au moins s’affronteront à l’arme lourde,choix privilégié de ses ex rebelles en lieu et place du dialogue ou la compromission.

Nous pouvons soutenir sans ambages que la page Ouattara est sur le point d’être tournée. Sa mise en scène macabre depuis le 3 Février 2014 au 27 Février 2014 fut un véritable réveil ou prise de conscience. Les ivoiriens ne veulent toujours pas des Ouattara au pouvoir et ils n’hésiteraient pas à le renverser si le besoin se fait sentir. Autant, il craint le PDCI-RDA capable de lui retirer son soutien aux élections de 2015, cela a aussi exacerbé sa psychose de coups d’état orchestré par ses propres ex commandants de la rébellion. Il lui revient de prendre la décision qui s’impose en exigeant la mise en place d’un gouvernement provisoire dans les plus brefs délais. Le pays lui en sera très reconnaissant et cela sera une porte de sortie dans la gloire et les honneurs. Cependant, il s’agit bel et bien du vénéré souverain immortel que la Côte D’Ivoire n’ait jamais connue. Il voudra s’imposer en intimidant les institutions du pays et ses adversaires ou potentiels successeurs. En clair, un autre chapitre beaucoup plus triste va s’ouvrir, conduisant le pays une fois de plus vers le chaos. Pauvre Côte D’Ivoire !

 

 

 

Nick De Bessou ?basé á Londres, Juriste et Anthropologue Politique ivoirien. ?Président du Forum pour la Démocratie et la Résolution des Crises (FRDC)

Source : Nick De Bessou via Abidjan Net et africpost 

Comments

comments

Loading...