Caire-4

Dans le cadre de la visite de travail qu’il a effectuée au Caire du 10 au 12 septembre 2014, le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Régionale du Burkina Faso, Son Excellence Djibril Bassolé, a eu des entretiens avec des responsables de structures dont les actions soutiennent les efforts de développement du Burkina Faso. Il s’agit du Sheikh de l’Université Al Azhar, du Président de la Banque Africaine Import-export et du Directeur Général du Fonds Arabe d’Assistance Technique aux pays africains. Avec le Sheikh d’Al Azhar, les échanges ont porté sur la nature et la qualité de l’enseignement dans cette grande université qui accueille 200 étudiants burkinabè dont la très grande majorité évolue dans la filière théologique et quatre (04) dans des filières scientifiques. Notons que dix bourses supplémentaires ont été accordées au Burkina Faso. Le Sheikh encourage vivement les candidatures féminines.

Le Sheikh a dévoilé au Ministre d’Etat, la vision de l’Université qui consiste à former de plus en plus d’étudiants dans les matières scientifiques. L’Université organise également des séances de formation des imams en vue de leur inculquer les vraies valeurs de l’islam et de lutter contre le terrorisme. Cette vision permet de promouvoir un enseignement de grande qualité d’éviter l’utilisation de l’islam à d’autres fins.

Le Ministre d’Etat a exprimé au Sheikh sa satisfaction pour les actions menées par son institution, notamment dans le domaine la formation social et économique qui permet de régler les préoccupations élémentaires de subsistance des populations; toute chose qui les met à l’abri des pièges des extrémistes et des fausses idéologies.

En tant qu’Envoyé Spécial de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) pour le Mali et le Sahel, Djibrill Bassolé dont l’une des missions est de lutter contre l’islamophobie, s’est réjoui de la vision de l’Université Al Azar de former ou de recycler les imams qui laissés à eux-mêmes cèdent facilement à l’enseignement des fausses doctrines. Tout en sollicitant les Conseils du Sheikh pour la réussite de sa mission, il dit compter sur son autorité morale et l’enseignement de qualité dispensé par l’Université pour propager les vraies doctrines de l’islam; l’éducation étant le meilleur rempart de la lutte contre l’extrémisme.

AFREXIMBANK, une institution peu connue des Burkinabè

La visite du Ministre d’Etat au siège de la Banque Africaine de Import-Export (AFREXIMBANK) lui a permis de mieux connaitre cette institution créée il y a une vingtaine d’années pour, selon son Président, Jean-Louis Ekra, répondre aux besoins de développement des pays africains.

Fortement marquées par un passé historique et colonial qui a axé son commerce sur certains produits phares comme le café, le coton, le cacao l’Afrique reste le maillon faible du commerce international. C’est pour corriger cette faiblesse qu’AFREXIMBANK a été créée en 1993. Elle compte actuellement 36 pays membres. Plusieurs pays bénéficient de l’accompagnement de cette institution qui s’est donnée pour ambition de développer et de diversifier le commerce africain. Membre fondateur d’AFREXIMBANK, le Burkina Faso n’a malheureusement, à ce jour, pas assez bénéficié des produits de cette institution qui finance aussi bien les Etats que les entreprises privées dans divers domaines tels les mines, la télécommunication, l’énergie, les infrastructures, l’industrie, l’hôtellerie, la santé (équipement des hôpitaux et des cliniques)…

En effet, l’Etat tout comme le privé burkinabè ont rarement fait recours à cette Banque pour la réalisation de leurs projets. Le Président de la Banque a donc appelé à une dynamisation de la coopération entre le Burkina et Afreximbank, en invitant les secteurs public et privé burkinabè à profiter des opportunités qu’offre son institution pour soutenir les efforts de développement du pays.

Le chef de la diplomatie burkinabè en retour s’est réjouit de voir que cette institution est tenue par de jeunes africains compétents et dynamiques. Il a félicité le Président pour l’opportunité de développement qu’offre Afreximbank aux pays africains. A travers les échanges, il a exprimé son souhait de voir dynamiser la coopération entre le Burkina Faso et la Banque Africaine Import-Export, notamment dans le soutien à l’accroissement des capacités de production des entreprises burkinabè. Le Ministre d’Etat a également échangé avec son hôte sur les possibilités pour la Banque de financer les projets communautaires tels que l’Autoroute qui doit relier le Burkina Faso à la Côte d’Ivoire, la boucle du Niger (projet de construction du chemin de fer).

Le Président de AFREXIMBANK a exprimé la disponibilité de son institution (qui compte aujourd’hui 127 actionnaires du public comme du privé) à examiner les différents projets qui lui seront soumis. Le Directeur Général du Fonds Arabe d’Assistance Technique aux pays africains a été la dernière personnalité à qui le Ministre d’Etat a rendu visite au cours de son séjour égyptien. Avec Monsieur Abdulaziz Buhedma il a été question des relations entre le Burkina Faso et le Fonds qui prend actuellement en charge la bourse de sept (07) étudiants burkinabè. Quatre nouvelles bourses ont été accordées au Burkina Faso et Djibrill Bassolé a exprimé sa gratitude pour l’appui apporté aux jeunes burkinabè. Le Gouvernement burkinabè a placé l’homme au centre du développement, et la formation dont bénéficie les étudiants burkinabè leur permet d’accéder à la connaissance principalement dans les domaines de l’informatique, du droit et de l’ingénierie. Le fonds organise aussi des séminaires de formation à l’attention des travailleurs burkinabè. Avec son hôte, le Ministre d’Etat a exploré d’autres domaines de coopération dont pourrait bénéficier notre pays. Le Directeur Général du Fonds a dit sa disponibilité à examiner les projets qui lui seront soumis.

Djibrill Bassolé a également visité le Musée du Caire, l’un des plus grands musées dédié à l’antiquité égyptienne.

 

 

 

 

 

Auteur : Yolande Kalwoulé

 

Comments

comments

Loading...