1782530_762095790480854_1245703923_oEn 2008, Macky Sall a annoncé la rupture totale avec Abdoulaye Wade, quand en tant que Président de l’Assemblée nationale sénégalaise, il a voulu auditionner le fils du Président, Karim Wade dans une affaire de gestion opaque des chantiers. Poussé à la démission par ses camarades libéraux lui reprochant d´avoir commis une erreur grave en touchant l´intouchable Karim Wade, il quitte toutes ses fonctions officielles et créa son parti politique “Alliance pour la République (APR-Yakaar)”. En politique c’est ce qu’on appelle être conséquent et prendre ses responsabilités.

Une première victoire politique en 2009, lors d’élections locales et dans plusieurs grandes villes du Sénégal, crédibilise son mouvement appuyé par une coalition de partis politiques. Il montera peu à peu en puissance, se déplaçant beaucoup dans tout le pays jusqu’aux villages les plus reculés du Sénégal ainsi qu´au niveau de la diaspora pour prêcher sa parole. Certes, Macky Sall a occupé plusieurs postes de responsabilités mais il était un vrai outsider politique aux élections présidentielles de 2012.

Sa formidable victoire face à son ancien mentor, alors que sa formation politique n´avait que trois ans d´existence, il la doit tout autant à ses qualités personnelles, son charisme exceptionnel mais aussi à une campagne fructueuse soutenue par des ressources humaines énormes. L’homme est tellement bien éduqué qu’il ne tient jamais un langage vulgaire ou blessant envers son adversaire politique. Il ne dénigre pas et n’avance pas des propos non fondés. Il n’a jamais dévoilé ou menacé ses anciens camarades libéraux. Il ne répond pas à des futilités. Des qualités rares dans le monde politique.

Le projet de révision de la Constitution qu’il avait proposé aux sénégalais au mois de mars 2016 a été validé par les électeurs. Le oui l’emporta avec 62,70% des suffrages malgré une campagne farouche menée contre lui.

En 2009 lors de sa visite à Francfort en Allemagne en tant que nouveau opposant , Macky Sall m’avait impressionné par son nouveau style de politicien made in Senegal, une meilleure organisation politique face aux masses silencieuses, abstentionnistes et sceptiques mais surtout son brevet de gouvernabilité. La destruction politique de Macky SALL réside dans trois innovations que sont : la mobilisation citoyenne, la mobilisation militante et la mobilisation électorale. C’est un travailleur discret plus qu’un orateur flamboyant avec une mine sérieuse où les sourires sont rares. Cela lui a fait aujourd’hui d’un leader incontestable en Afrique subsaharienne contrairement aux opposants politiques dont l’insulte, le mensonge, la manipulation et le dénigrement semblent être le nouvel adjuvant obligatoire du débat public.

Autrefois, la création d’un parti politique était synonyme d´une question d’idées, d’offre et d’engagement, une dynamique de groupe avec un projet qui définissait une idée claire de la société. De nos jours, on assiste à un déferlement des politiciens ou des formations politiques sans idées, sans projets de développement, portées par des acteurs opportunistes. Sans bagage idéologique, ces politiciens sont animés par le mépris, la zizanie, la malhonnêteté, le sabotage, la haine, la calomnie, l’esprit destructif. Leur objectif ce n´est pas de répondre aux besoins des citoyens mais d´assouvir leur propre besoin par la vengeance lorsqu´ils ont été mis de côté par le parti au pouvoir. Ces coquilles vides, sans vision, sans projet de société prônent des discours empoisonnés et haineux pour polluer le paysage politique sénégalais et mettre la République en péril. Elles intoxiquent l´opinion publique par le biais d´une presse souvent corrompue ou dépourvue de déontologie et prennent la politique comme un lieu de destruction où transparaissent toutes formes d’animosités.

Le problème du Sénégal ce n’est pas le Président de la République car une seule personne ne peut émerger une nation. Même le Président le plus compétent au monde aurait des obstacles de coaching tellement nos mentalités sont incompatibles au développement. Nos populations attendent tout de l’Etat et nous ne sommes pas créatifs. En outre, pendant que certains construisent d’autres en détruisent. Vous êtes compétents, vous avez de bonnes idées et vous voulez servir votre pays on vous élimine ou on vous crée des ennemis. Alors que partout dans le monde c’est la promotion des talents (le Québec avec l’immigration francophone par l’étude des fonds des dossiers, les États-Unis par la promotion et la loterie de la Green-Card, l´Allemagne par l’apprentissage de la langue allemande), par contre, chez nous on vous coupe les ailes pour ne pas s’envoler. On préfère souvent les médiocres que les personnes franches et compétentes. Le manque de patriotisme, la malhonnêteté, la cupidité et l’égoïsme de certains hauts cadres et fonctionnaires constituent un énorme frein au développement. Nous bavardons et théorisons plus que nous pratiquons.

L’amour de notre pays doit nous conduire à interroger notre conscience pour un changement d’attitude et de comportement.

Parlez, jugez, jasez, critiquez, médirez, insultez, vilipendez et maudissez mais le Président Macky Sall continuera toujours de surprendre ses détracteurs.

Je n’écris pas pour apaiser ou pour plaire mais pour défier les pensées. Suivez mon regard.

Souleymane SOKOME

Consultant Juridique et politique

Comments

comments