Bureau Politique Provisoire(B.P.P.)

unnamed

Paris, le 08 avril 2015

Le dimanche 15 mars 2015 dernier, des membres de diverses associations de la Société Civile africaine ont été mis aux arrêts à Kinshasa par les autorités locales, suite à la tenue par ces militants d’une réunion dénommée “Atelier sur l’engagement citoyen”. Cela se passait au sein des locaux d’une ONG (Organisation non gouvernementale) appelée Main dans la main pour le Congo.

Furent présents, une trentaine de militants originaires de trois pays africains (République Démocratique du Congo, Burkina – Faso, Sénégal), et un diplomate américain.

Les autorités de Kinshasa, n’ayant pas apprécié la tenue de cette réunion, qualifiée « d’illégale » procèderont à l’arrestation de tous les participants. Le ministre de l’Information de la RDC, Lambert Mende Omalanga les traitera même de “terroristes” (L’Avenir du 16 mars 2015).

Le diplomate américain sera libéré dans les heures qui ont suivi. Puis suivront, les libérations des militants des associations sénégalaise (Y en a marre) et burkinabè (Le Balai citoyen). Les militants de l’association congolaise Filimbi quant à eux, sont encore à ce jour, dans les geôles du pouvoir de Kinshasa.

Le ministre Mende Omalanga a caractérisé les militants et le diplomate américain qui ont tenu cette réunion publique de “terroristes”, il n’y a pas de raisons que les uns soient libérés et les autres restent encore sous les verrous à l’heure actuelle.

La Ligue Panafricaine – UMOJA, au regard du déroulement des événements, n’est pas du tout convaincue par les explications fournies par les autorités de Kinshasa, et exige la libération immédiate et sans condition de tous les militants de l’association Filimbi encore en prison. Il n’est pas normal que les autorités de Kinshasa parlent de liberté d’expression garantie d’une part et embastillent d’autre part des militants qui se réunissent en public pour discuter de démocratie.

La Ligue Panafricaine – UMOJA apporte et réitère son soutien à tous les membres de Filimbi actuellement sous les verrous.

Fait à Paris le 8 avril 2015

Le Bureau Politique Provisoire

Africpost

Comments

comments

Loading...