SAMSUNG CSC

Cologne 25.6.2015.Mme le Ministre Manuela Schwesig et Dr Pierrette Herzbergr-Fofana (Présidente de FORWARD-Germany et Vice-Présidente du Réseau des Migrantes de la Bavière (Migrantinnen Netzwerk-Bayern)

Dans le cadre de ses concertations avec les organisations féminines, Mme le Ministre de la Famille, des Personnes Âgées, de la Femme et de la Jeunesse a rendu une visite de courtoisie le 25 juin 2015 aux membres du Conseil d’Administration Damigra à Cologne. Les membres ont pu ainsi présenté les associations qu’elles représentent et parler de leur travail. Elles ont aussi remis le catalogue de leurs suggestions et revendications.
Mme le Ministre s’est montrée très impressionnée par les diverses facettes des biographies de ces membres venus d’horizons culturels différents et de leur engagement dans le domaine associatif. La plupart abattent bénévolement un travail de titan depuis des années voire des décennies.
Dan son discours de bienvenue Mme le ministre a déclaré
«C’est pour moi très important de rencontrer les femmes dans leur propre environnement et de parler de tout ce qui les préoccupe, de m’informer sur le travail de Damigra, la Fédération des associations de femmes migrantes. J’apprécie que les organisations de migrantes se soient formées en une fédération. Cette démarche va dans le bon sens et arrive en temps opportun. Damigra est ainsi en mesure de transmettre au gouvernement fédéral allemand les souhaits, les recommandations et les revendications qui revêtent une importance particulière pour les associations de femmes migrantes “
Ces associations ont présenté un large échantillon de leurs domaines d’activités qui vont des conseils et informations en matière des lois du pays-hôte qui régissent le vivre ensemble, du soutien qu’elles apportent à leurs membres en les accompagnant dans leurs démarches. Ces associations offrent également des activités culturelles, sportives et de divertissements et entreprennent également un travail d’intégration en motivant leurs membres à s’engager dans le domaine politique.
La plupart des associations féminines de migrantes arrivent au bout de leurs forces, car leur situation financière est précaire. Elles manquent de personnel pour assurer la continuité des projets entrepris. En outre, ces projets sont limités dans le temps ce qui freine leur effet durable.
La plupart des femmes migrantes exercent une activité professionnelles, elles ont appris à gérer leur vie de famille et celle professionnelle compte tenu de leurs propres expériences. Elles contribuent ainsi à assurer le haut niveau de vie dont jouit le pays-hôte, l’Allemagne.
C’est dans cette optique que la porte-parole de la Fédération DaMigra, Dr.Delal Atmaca a résumé de la façon suivante la situation des migrantes.
«Le débat sur la migration passe sous silence la composante genre. Lorqu’on mentionne le genre, c’est soit en rapport en tant qu’épouses des maris émigrés ou en tant que «marchandise» en relation avec la prostitution et le trafic de femmes. Ces rôles stéréotypées de femmes migrantes-victimes, qui se différencient de celui de l’identité des femmes modernes allemandes est renforcé en outre, par la façon dont les migrantes sont représentées dans les médias. Il semble que l’on refuse d’accepter –ou peut être ce n’est pas connu que les femmes dans le monde entier ont donné vie aux diverses formes de migrations et en général grâce à leur travail et leur système de réseaux sociaux, les migrantes ont dans bien des cas assuré la survie de la toute la famille »

Dr. Pierrette Herzberger-Fofana

Comments

comments

Loading...