CClim

La réunion du G7 à Bruxelles (4-5 juin) et la conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Bonn (5-14 juin) sont l’occasion pour les Etats d’éviter une catastrophe climatique mondiale. CARE leur demande de réduire largement leurs émissions de gaz à effet de serre et d’aider les populations les plus vulnérables à faire face aux effets du changement climatique.

« Nous sommes engagés sur la voie d’une catastrophe climatique si les États n’agissent pas dès maintenant »

A Bruxelles comme à Bonn, les gouvernements doivent poser les bases de la COP20 qui sera organisée au Pérou en décembre prochain. Cela sera une étape importante avant que les États décident d’un nouvel accord mondial à Paris en 2015.

« C’est aujourd’hui que le changement climatique a lieu. Nous sommes engagés sur la voie d’une catastrophe climatique si les États n’agissent pas dès maintenant. Les dernières recherches scientifiques et l’intensité croissante du dérèglement climatique le prouvent » explique Sven Harmeling, chargé de plaidoyer de CARE international pour le changement climatique.

« Bruxelles et Bonn sont l’occasion pour les gouvernements de montrer à leurs citoyens qu’ils agissent concrètement pour éviter une crise climatique naissante. Les États, notamment ceux du G7, doivent s’engager à promouvoir les énergies renouvelables, dont le taux d’émission de CO2 est faible, ainsi que l’efficacité énergétique afin d’allier énergie, sécurité climatique et développement durable. »

Quelles sont les mesures nécessaires pour éviter une catastrophe climatique ?

Les Etats doivent :

Maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degré. Cet objectif doit transparaître dans les prochains plans stratégiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre ;
Soutenir la suppression progressive des énergies fossiles polluantes et promouvoir les énergies propres ;
Agir en faveur de la conclusion d’un accord équitable et ambitieux sur le climat en 2015. Cet accord doit comprendre des mesures plus efficaces de protection des communautés les plus vulnérables par le biais d’actions d’adaptation au changement climatique à grande échelle (comprenant davantage d’argent et de ressources) et de méthodes efficaces pour faire face aux pertes et dommages liés au climat ;
Promouvoir l’égalité des genres et les approches communautaires d’adaptation au changement climatique.
Afin de parvenir à ces objectifs, CARE appelle également l’ensemble des dirigeants du G7 à assister au prochain sommet des Nations Unies sur le climat qui aura lieu en septembre.

« Le changement climatique est le plus grand défi de notre époque. Or, la plupart des gouvernements ne prennent pas en compte l’ampleur de cette menace. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe de nombreux moyens d’aider les États à lutter contre le changement climatique. L’accord récent pour le lancement du Fonds vert, et les signes indiquant que la Chine, l’Inde et le Mexique investissent de plus en plus dans les énergies renouvelables, montrent que les nations peuvent travailler ensemble afin de résoudre la crise climatique. Nous devons intensifier cet effort pour arriver à des engagements réels et concrets » conclut Sven Harmeling.

CARE FRANCE EN VIDEO:

Africpost via l’ONG CARE(carefrance)

Comments

comments

Loading...