centre-commercial-soweto-2694170-jpg_2333895

C’est une étude du cabinet Sagaci Research basé à Hong Kong mais présent dans plusieurs pays sur le Continent qui le révèle.

Par MALICK DIAWARA (lepoint)

Le nombre de centres commerciaux augmente sans cesse en Afrique pour faire face aux besoins de sa classe moyenne, en forte expansion, indique cette étude qui vient d’être diffusée. En 2013, quelque 242 centres commerciaux étaient ouverts en Afrique, compte non tenu de l’Afrique du Sud, rétrogradée à la deuxième place des économies du continent après celle du Nigeria. Sur ce total, 99 centres commerciaux se trouvaient en Afrique de l’Est et 71 en Afrique du Nord, le reliquat étant réparti entre Afrique australe, centrale et de l’Ouest.

Les ouvertures se multiplient à un rythme appréciable

Au niveau des ouvertures, on en a enregistré quatorze nouvelles autour du modèle de supermarchés entourés de galeries commerciales, entre 2012 et 2013. Une fermeture notable : celle du Westgate de Nairobi, au Kenya, victime d’une sanglante attaque des islamistes shebab somaliens en septembre dernier. “Près de 180 autres centres sont en projet, portés majoritairement par des investisseurs locaux”, aux quatre coins du continent”, selon Sagaci Research. “La classe moyenne se développe. Elle a besoin de dépenser son argent”, explique Julien Garcier, l’un des associés du cabinet. “Or les opportunités de dépense correspondant à ses nouvelles envies sont rares dans la rue, d’où la fréquentation de “malls”, ou centres commerciaux”, ajoute-t-il.

La classe moyenne est plus importante qu’on ne l’imagine

D’après une étude de la Banque africaine de développement (BAD) publiée en 2011, 300 millions d’Africains vivant avec plus de 10 dollars par jour avaient intégré la classe moyenne en 2010. Cette population a triplé par rapport à 1980, quand elle n’était que de 100 millions de personnes. “Dans tous les pays d’Afrique subsaharienne, la taille de la classe moyenne est sous-estimée”, a estimé M. Garcier. Selon ses recherches, quelque 30 % des ménages vivant dans les principales villes africaines gagnent plus de 500 dollars par mois. À Abidjan, 9 % des foyers disposeraient ainsi de plus de 1 000 dollars par mois, et 26 % de 500 à 1 000 dollars, a-t-il estimé. Quatre centres commerciaux connaissent un franc succès dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Cinq autres projets existent à Abidjan, selon M. Garnier.

Africpost via lepoint

Comments

comments

Loading...