Yuan-chinois-750x400Le Fonds, qui étudie une demande de la Chine d’intégrer le yuan parmi les monnaies de référence internationales, a qualifié d'”étape positive” cette résolution.

Le FMI a salué mardi une “étape positive” après les annonces de Pékin sur une plus grande flexibilité du yuan tout en affirmant que ces mesures n’auront pas “d’implication directe” sur sa décision d’intégrer ou non la devise chinoise parmi les monnaies de référence internationale. La réaction du Fonds est tombée quelques minutes avant la deuxième baisse du taux de référence du yuan face au dollar annoncée par Pékin dans la nuit de mardi à mercredi. “Le nouveau mécanisme (…) semble constituer une étape positive qui permettra aux forces du marché de jouer un plus grand rôle pour déterminer le taux de change”, avait estimé un peu plus tôt le Fonds monétaire international, dans un communiqué, en référence au premier mouvement de dévaluation.

À la surprise générale, la banque centrale chinoise a dévalué mardi de 2 % la valeur du renminbi, l’autre nom du yuan, par rapport au dollar et annoncé que sa monnaie, jusque-là strictement encadrée, prendrait désormais davantage en compte les fluctuations du marché. Les autorités de Pékin semblent ainsi répondre à un souhait formulé depuis de nombreuses années notamment par les Etats-Unis qui assurent que la Chine sous-évalue artificiellement sa monnaie pour doper ses exportations. L’impact exact de cette mesure, accueillie très prudemment par Washington, dépendra de la manière dont “elle sera mise en oeuvre”, a tempéré le FMI, qui a assuré que Pékin devait à terme viser une flexibilité effective du yuan dans “les deux à trois prochaines années”.

Le Fonds étudie actuellement une demande de Pékin d’intégrer le renminbi parmi les monnaies de référence internationales que le FMI utilise pour ses droits de tirage spéciaux, l’unité de compte de l’institution qui est pour l’heure composée de quatre devises (dollar, euro, livre et yen). Le FMI, qui rendra sa décision en novembre, a récemment assuré qu’un des critères retenus sera de savoir si le yuan est “librement utilisable”. Dans son communiqué, il estime que l’annonce de Pékin “n’a pas d’implication directe” sur son évaluation tout en reconnaissant qu’une plus grande flexibilité du yuan “facilitera les opérations” en DTS si la monnaie chinoise est acceptée parmi les devises de référence du FMI.

 

AFP

Comments

comments

Loading...